Institut d’Estudis Occitans 06
Accueil > Niçard > Patrimòni > RIBON-RIBANHA

LO BALETI DEI ELECCIONS

RIBON-RIBANHA

mercredi 28 juin 2017, par Joan-Pèire SPIES, Marc

Amics occitans, la cronica Ribon-Ribanha d’ancuei, titrada "Lo balèti dei eleccions", v’es prepauada da Miquèu FULCONIS, amic de l’IEO-06.

Asperam tanben lu vòstres escrichs per li cronicas futuri, que sigon racòntes dau passat ò dau quotidian, articles jornalistics, galejadas, poesias, cançons, scenetas de teatre, bandas dessenhadi...

a l’adreça :ribonribanha@yahoo.fr

"La garderem ribon-ribanha, nòsta rebèla lenga d’Òc !"

LO BALETI DEI ELECCIONS
(dança pessimista ritmo andante)

Quora arriba lo mes de mai
Au vilatge cada sièis ans,
S’alestisse una dança d’aes
Per embarlugar l’abitant.

Sensa gràcia mas soguinhent,
Lu candidats son per carriera
Lista e programa en man :
Vequí lo partit dau mèra.

Per fortuna per aqueu tòrt,
Passa lo decan sus la plaça ;
Marqua ben de li parlar fòrt,
(Lu doi vièlhs son de la classa).

Lo cònsol, segur dau sieu pès
Canta la música dei lòts
Fa virar la lenga en françés
Saup plus ben parlar lo gavòt.

Expliqua lo sieu bèu bilanç :
Tota refacha la meria,
E sus la rota, de quitran
(Per lo terç còup, que jòia !)

Un autre grop de balarins
Sus lo meme èr de propaganda
Promete un avenir « clean » :
Cau escotar la sarabanda.

Lu escandals son denonçats
Embé fòrça verbos e gests
D’engajaments son anonçats :
Lu projets tardòcs son lests.

Cau un centre d’amusament,
Una novèla estacion !
Li autri ideas d’aqueli gents
Son pròpi d’abominacions.

Tèsta de lista… e de besuga,
Un promotur que ven d’en vila
Vòu nen far creire que bolega
Mentalitas e meme còlas.

Lo bulo ditz « tu » en cadun
En quatre-quatre si promena
Mas non saup cen qu’es un plantum,
Leventi que la supèrbia mena.

Lu pitos caleràn totjorn,
Que lu fantaumiers pagueràn :
La màger part dei electors
Venon basta tres fes per an.

Per elu qu’au País non restan
Cau bèli carrieras de fèsta
De cen qu’es util s’en baton
An ben chanjadi, aqui, li bèstias !

S’arrecampan lo dissabta
‘Mé lo còfre comol de merç
Mas ronhan que lo País peta
Quora barra lo comerci

Coma totjorn, li eleccions
An seguit lo meme rítmo
Degun a chanjat au Canton
Non li es agut de seismo.

De mes après la votacion
Aquò dau jutge fan de planhum
Enrabiadi declaracions :
Lu perdants an lo marridum.

Una amara ambiança
En doi separa lo vilatge
Jilosia e supèrbia
Fan un parèu de ravatge.

Quora siatz dapé la grupia
E que pitatz embé la clica
Ven a mau de chanjar de dança :
Es com’aquò, la politica.

Vai que la plaça es bòna
E bèla la poltrona de cuer
Degun per carriera en setmana
Mas d’aquò s’en fotan : son fiers.

L’i a ben lo paure crístol
Que per lo País trampina
Mas lo mera galeròto
Se non segue la linha, pena.

E lu autres son tant marrits
‘Mé li sieus dents qu’au sòl rasclan
Qu’à fòrça de voler bastir
Es un bèu chaple que nen plantan.

En asperant que lo temps passe,
Que vengue mai lo Carneval,
Mena baleti lo Rei Palhasso
‘M’au sieu consèu istrumental.

Per nautres, electors, es lo gòai,
D’escotar torna la meme cançon ;
Es com’aquò au nòstre : vai,
Changerà pas, la particion.

Miquèu FULCONIS

illustracion d’Arleta Pastor (’mé l’ajuda de Henri Matisse per lu balaires)

LE BAL DES ELECTIONS
(danse pessimiste rythme andante)

Lorsqu’arrive le mois de mai
Au village tous les six ans,
Se prépare une danse d’ânes
Pour éblouir l’habitant.

Sans grâce mais souriant,
Les candidats sont dans la rue
Liste et programme en main :
Voici le parti du maire.

Par chance pour ce tordu,
Passe le doyen sur la place ;
Cela fait bien de lui parler fort,
(Les deux sont de la même année).

Le maire sûr de son poids
Chante la musique des imbéciles
Il fait tourner la langue en français
Ne sait plus bien parler gavot.

Il explique son beau bilan :
Toute refaite la mairie,
Et sur la route du goudron
(pour la troisième fois, quelle joie !)

Un autre groupe de danseurs
Sur le même air de propagande
Promet un avenir « clean » :
Il faut écouter la sarabande.

Les magouilles dénoncées
Avec beaucoup de verbes et de gestes
Des engagements sont annoncés :
Les projets stupides sont prêts.

Il faut un centre de loisirs,
Une nouvelle station !
Les autres idées de ces gens
Sont de vraies abominations.

Tête de liste... et de linotte,
Un promoteur qui vient de la ville
Veut nous faire croire qu’il fait bouger
Mentalités et même montagnes.

Le fortiche dit “tu” à chacun
En quatre-quatre il se promène
Mais il ne sait pas ce qu’est un plant
Prétentieux que la vanité mène.

Les sous tomberont toujours,
Que les absents paieront :
La majeure partie des électeurs
Ne viennent que trois fois par an.

Pour eux qui ne restent pas au pays
Il faut belles rues de fête
De ce qui est utile ils s’en fichent
Elles ont bien changé, ici, les bêtes !

Ils rappliquent le samedi
Le coffre rempli de marchandises
Mais ils râlent que le pays se meurt
Lorsque ferme le commerce

Comme toujours, les élections
Ont suivi le même rythme
Personne n’a changé au Canton
Il n’y a pas eu de séisme.

Des mois après le vote
Chez le juge ils se plaignent
Déclarations enragées :
Les perdants l’ont mauvaise.

Une ambiance amère
En deux sépare le village
Jalousie et vanité
Font une paire de ravage.

Quand on est près de la mangeoire
Et qu’on se sert avec la bande
Il est difficile de changer de danse :
C’est comme cela, la politique.

Va que la place est bonne
Et beau le fauteuil en cuir
Personne dans les rues en semaine
Mais de cela ils se fichent : ils sont fiers.

Il y a bien le pauvre diable
Qui pour le pays se donne du mal
Mais le maire galérien
S’il ne suit pas la ligne, souffre.

Et les autres sont si mauvais
Avec leurs dents qui raclent le sol
Qu’à force de vouloir construire
C’est un beau massacre qu’ils font.

En attendant que le temps passe,
Que revienne le carnaval,
Il mène le bal, le roi Crétin
Avec son conseil instrumental.

Pour nous, électeurs, c’est la misère,
De toujours écouter la même chanson ;
C’est ainsi chez nous : va,
Elle en changera pas, la partition.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | {#ENV{label}}