Institut d’Estudis Occitans 06
Acuèlh dau sit > Niçard > Patrimòni > RIBON-RIBANHA

Lu nèspols, ò istòria de fruchas denembradi...

RIBON-RIBANHA

dimècres 14 de junh dau 2017, da Joan-Pèire, Marc

Amics occitans, la cronica Ribon-Ribanha d’ancuei, titrada "Lu nèspols, ò istòria de fruchas denembradi...", v’es prepauada da Roger GILLI, sòci de l’IEO-06.

Asperam tanben lu vòstres escrichs per li cronicas futuri, que sigon racòntes dau passat ò dau quotidian, articles jornalistics, galejadas, poesias, cançons, scenetas de teatre, bandas dessenhadi...

a l’adreça :ribonribanha@yahoo.fr

"La garderem ribon-ribanha, nòsta rebèla lenga d’Òc !"

Lu nèspols, ò istòria de fruchas denembradi

Nautres qu’estèm en lo monde mòde occidental, un monde de cocanha, un monde d’abondança, un monde dont avèm a ofa tanti cauvas da manjar : cerièias d’Argentina per Calènas, raïm d’Àfrica dau miegjorn per Cap d’An, de tomatis tot d’invern, pèrsegues e arbicòts de dont sabi en genoier e fresas dau Maròc parier. Avèm denembrat que sessanta ans fa un si manjava que de fruchas e de lieumes a la sason.
Dins lu temps passats, nautres, mainaus dei borgadas de la vila, enfants d’obriers, aviavam a la prima que li cerièias, per aquelu que lu parents li si podion crompar ò aqueli qu’anavam faire petar sus li còlas pròchi (anar a la cala). Seria ben de dire qu’èran pròpi quisti.

Mas l’i èra una maravilha, que aüra plus degun ò esquasi manja, sobretot lu joves : lu nèspols ! que si ve ai jorns d’ancuei d’aubres cargats d’aquesti bòchetas color d’arbicòt que non si recampan e que si poirisson sus li brancas. Lu auriavam manjats « sus la tèsta d’un peolhós », mas èra pas totjorn aisat de li raubar e èra l’escasença de quauqui barceladas tra nautres.

Anatz mi dire : encara de nostalgia, mai un pantais niçard. Magara que ! Mas quora lu nèspols son madurs a talh e que, m’una mordanha, lu esquici per ne’n faire gisclar lo jus sucrat e esperfumat que m’emplisse la boca, denant d’escupir la pèu espessa e de mandar au Diau, m’un poncha-pen, lu merilhons suelis e lusents ai rebats daurats, tant bèlhs qu’un vorria quauqui fes lu escondre dins una boita au tresòr coma lu pichoi. Alora m’entornan totplen de remembres d’aquesta època pas sempre uroa. En mai d’aquò cau sentir, au principi de decembre, li flors dau nespolier qu’exalan un esperfum capitós, entestant coma aqueu dau jaissemin, la flor de Grassa, que fan lo bonur dei abelhas lu jorns doç e ensolelhats.

L’i a gaire, dau temps que ma molher trevava un masaguin de teissuts a Sant Isidòro, pròch l’i èra un beu nespolier, cargat de fruchas maduri, que mi faíia un batre d’uelhs. N’ai raubat quauqu’uni, mi siáu trovat coma quora n’avii dotze sus l’esquina : manja… escupe… poncha-pen… ! L’i son com’aquò de gusts e de gests ficats en lo ment despí l’enfança. Un que si passejava en per aquí ma dich : « Ce n’est pas bon ça ! ». Mi siáu pensat ; « Que tavanàs que siás !», m’un soguinhe un pauc nèci l’ai saludat e ai fach tirar ! Monde d’ancuei !

Un amic jardinier m’a fach regal d’un nespolier en pòt, alora asperi Santa Catarina per lo ficar en tèrra, pi quora porterà de fruchas…

Rogier GILLI, Abriu dau 2016

Les nèfles, ou encore une histoire de fruits oubliés

Nous, habitants du monde occidental, un monde de cocagne, un monde d’abondance, un monde où nous avons de la nourriture à volonté : cerises d’Argentine à Noël, raisins d’Afrique du Sud pour le Nouvel An, des tomates tout l’hiver, des pêches et des abricots de je ne sais d’où en janvier ainsi que des fraises du Maroc également. Nous avons oublié qu’il y a une soixantaine d’années on ne consommait que des fruits et des légumes de saison.

Dans le passé, nous les gosses des faubourgs de la ville, enfants d’ouvriers nous n’avions au printemps que les cerises comme fruit, et encore pour ceux dont les parents pouvaient les acheter ou celles que nous allions chaparder sur les collines environnantes. A vrai dire elles étaient rares.

Mais il y avait une merveille, que maintenant la majorité dédaigne, surtout les jeunes gens : les nèfles ! Et l’on peut voir des arbres chargés de ces fruits couleur d’abricot que personne ne cueille et qui pourrissent sur les branches. Nous les aurions mangés sur la tête d’un pouilleux, mais ce n’était pas toujours facile de les voler et engendrait quelques belles empoignades entre nous.

Allez-vous me dire : encore de la nostalgie, encore un Pantais Niçard, peut-être !
Mais quand les nèfles sont mures à point et que je les écrase dans ma bouche pour en faire gicler leur jus sucré si parfumé avant de cracher leur peau épaisse et d’envoyer au diable, d’un coup de pied, leur noyaux luisants, lisses, aux reflets dorés, si beaux que l’on voudrait les conserver dans une boite au trésor. Il me revient alors à l’esprit des souvenirs d’enfance, souvenirs pas toujours heureux. Et cette odeur des fleurs du néflier, au début du mois de décembre, un parfum capiteux, entêtant comme celui du jasmin, la Fleur de Grasse. Fleurs qui font le bonheur des abeilles les jours doux et ensoleillés.

Il y a peu, alors que mon épouse choisissait (en prenant son temps) des pièces d’étoffes dans un magasin de tissus à Saint Isidore, à proximité de là un beau néflier chargé de fruits mûrs me faisait un clin d’œil. Je n’ai pas pu m’empêcher d’aller en voler quelques un et je me suis retrouvé comme quand j’avais douze ans. Mange… Crache… Coup de Pied… ! Il y a des goûts et des gestes gravés dans la mémoire depuis l’enfance.

Une personne qui passait par là me dit : « Ce n’est pas bon ça : », j’ai pensé « Quel benêt tu fais ! » je l’ai salué d’un sourire un peu niais et j’ai poursuivi mon chemin.
Monde d’aujourd’hui.

Un ami jardinier m’a offert un néflier en pot, j’attends Sainte Catherine pour le mettre en terre. Quand il portera des fruits…

SPIP | esqueleta | | Plan dau sit | Seguir la vida dau sit RSS 2.0 | {#ENV{label}}