Institut d’Estudis Occitans 06
Acuèlh dau sit > Niçard > Patrimòni > RIBON-RIBANHA

Nanetas son lei jonquilhas

RIBON-RIBANHA

dimars 6 de junh dau 2017, da Joan-Pèire, Marc

Amics occitans, la cronica Ribon-Ribanha d’ancuei, titrada " Nanetas son lei jonquilhas.", v’es prepauada da Joan Claudi Puech, amic Facebook de l’IEO-06.

Asperam tanben lu vòstres escrichs per li cronicas futuri, que sigon racòntes dau passat ò dau quotidian, articles jornalistics, galejadas, poesias, cançons, scenetas de teatre, bandas dessenhadi...

a l’adreça : ribonribanha@yahoo.fr
"La garderem ribon-ribanha, nòsta rebèla lenga d’Òc !"

Corteta de Malanca

Nanetas son lei jonquilhas.

M’asseti sus lo banc de la placeta que siáu pas flame d’aquesta passa, e la calorassa es pas per adobar lei causas. Trenta cinc gras e siam pas que lo dètz-e-nὸu de mai! Susarent de tota la jornada! Per aprofichar dau bὸn de la nuech, e deis autrei, ai montat au vilatge. Biais de dire, que resti pas qu’a quauquei mètres abàs, dins la Carriera Granda. Me sembla pasmens qu’es de mai en mai escalabrόs. Es la fèsta dei vesins, coma dison ara. Son toteis aquí. Enfin me sembla. Que sabi pas trὸp. Sabi pas plus.

La filha dau smartfὸn, que n’ai oblidat lo nom, s’es assetada a costat de ieu, m’afortís a l’aurelha que son totei venguts. Aquela tissa qu’a de me cridar dins leis ausidors! Ata, que manca quauqu’un! Jarjalha lo vièlh! Auriá d’èsser aquí sus lo banc public. La filha me quicha la man, parla mens fὸrt subran. Se fai suava de votz e encara mai amistadosa. “Mai es aquí mon Jarjalha, sas !”
Lo vesi pas, ieu. Lo darrier cὸp (me rementi plus lo perqué dau rescὸntre) avèm charrat ensems tota la nuech. Per l’arrambar li aviáu demandat, en provençau coma d’abituda:
“Coma vai la santat ?”, e eu de me respὸndre: “ Coma un chin crebat !”
A cada cὸp, ansin, rompiam lo mirau, e es dins la lenga qu’eu me contava tornamai lo roman de sa vida. L’aviá passada a trabalhar, d’aicí d’ailà, dins totei lei bastidas dau Leberon. D’aquest ne’n coneissiá totei lei draiὸus, totei les matas d’euses, totei lei bauç, e lei baumas ambé sei fὸnts escondudas. Tre que podiá percorrava sa montanha. Sus lo crestenc, an aqueu moment, a la fin dau mes de mai, creisson dei floretas jaunas, fau veire; dei jonquilhas nanetas* ! Ne’n fasiá dei pichὸts ramelets (ara son protegidas) que portava puei a l’ostau dau garda forastier, a la Fὸnt de l’Oume, de l’autre costat. Ja un autre monde, dei grands pins maritims, una autra lutz, un paradís. D’aquelei flors ne’n ornava puei lo sulhet de la roïna.
Mai “ a nonanta lo mai fὸrt s’aplanta”, e ara es per la pensada que complissiá aqueu rituau.

Aviá vint ans, eu, Jarjalha. Son arribats un matin, an fach sortir tota la familha; lo paire, la maire, e la filha. Leis an fusilhats cὸntra la paret puei an garçat lo fuὸc a l’ostau. Aviá setze ans, ela. Se disiá que lo garda forastier donava d’entresenhas ais Alemands. Es per aquὸ que leis an tuats. Un jorn un “jeep” aviá montat, e lo garda aviá galejat ambé lei sordats. Que podiá faire d’autre? Quauqu’un leis aviá vists segur, e puei lei lengas de sèrps...Leis an tuats qu’avian ren fach.
Ne’n plorava docetament lo Jarjalha quand me contava aquὸ (quand de cὸps me l’a pas repetida aquela istὸria! Ara me sembla que lo fai encara, cada jorn). A passat sa vida ambé l’imatge d’aquela filha, assajant de la retrobar, ela, dins cada recanton de sa montanha, mai podiá plus caminar (ὸ pὸu plus caminar ?). Fai d’annadas que li donavi la caritat de mon escota, de ma preséncia, mai aquesta sera d’aquí son agachada me suplicava, me demandava l’autra caritat, l’ultima, aquela que consὸla, aquela que deliure.

La filha dau smartfὸn chuchoteja a mon aurelha:
“Aquela caritat te la pὸdi pas balhar Jarjalha! Son pas que lei dieus que n’an lo drech! T’assolas pasmens, sabes qu’aquὸ se farà solet. Sarra, sarra leis uelhs. Entorna-te dins tei sὸmis, es aquí, ela, ambé tu que te fai boqueta. Veses ? Çὸ qu’es estat serà per totjorn. Pam de nas au non-ren. Partiràs coma aquὸ. T’en fagues pas!”

*Narcís de Requien

Joan Claudi Puech

Naines sont les jonquilles

Je m’assois sur le banc de la placette. Je ne suis pas très en forme en ce moment et la grosse chaleur n’arrange pas les choses. Trente-cinq degrés et nous ne sommes que le dix-neuf mai! En sueur toute la journée! Pour profiter de la fraîcheur de la nuit, et des autres, je suis monté au village. Façon de parler car je n’habite qu’à quelques mètres, en bas, dans la Grande Rue. Il me semble pourtant que c’est de plus en plus escarpé. C’est la fête des voisins, comme ils disent maintenant. Ils sont tous là. Enfin, il me semble. Je ne sais pas trop. Je ne sais plus.
La fille au smartphone, dont j’ai oublié le nom, se glisse à mes côtés, elle m’assure qu’ils sont tous ici. Cette manie qu’elle a de me crier dans les oreilles! Oui vraiment, il manque quelqu’un! Le vieux Jarjaille ! Il devrait être là sur le banc public. La fille me serre la main, parle moins fort soudain. Sa voix se fait suave et affectueuse.
“Mais il est là mon Jarjaille, tu sais !”
Je ne le vois pas, moi. La dernière fois ( je ne me souviens plus du pourquoi de notre rencontre), nous avons discuté ensemble toute la nuit. Pour l’aborder je lui avais demandé, en provençal comme d’habitude:
“Comment va la santé ?”, et lui de me répondre: “ Comme un chien crevé !”
C’est comme cela qu’à chaque fois nous rompions le miroir, et c’est dans la langue qu’il me racontait encore le roman de sa vie. Il l’avait passée à travailler, deci delà, dans les fermes du Luberon. De celui-ci, il en connaissait tous les sentiers, toutes les touffes de chênes verts, toutes les falaises, et lei grottes avec leurs sources cachées. Dès qu’il pouvait il parcourait sa montagne. Sur les crêtes, en ce moment, à la fin du mois de mai, poussent des petites fleurs jaunes, il faut voir; des jonquilles naines*! Il en faisait des petits bouquets (maintenant elles sont protégées) qu’il portait ensuite à la maison du garde forestier, à la “Font de l’Orme”, de l’autre côté. Déjà un autre monde, de grands pins maritimes, une autre lumière. Avec ces fleurs il décorait le seuil de la ruine. Mais “à quatre-vingt ans le plus fort s’arrête”, et maintenant c’est par la pensée qu’il accomplissait ce rituel.

Il avait vingt ans, lui, Jarjaille. Ils sont arrivés un matin, ont fait sortir toute la famille; le père, la mère, et la fille. Ils les ont fusillés contre le mur puis ils ont mis le feu à la maison. Elle avait seize ans, elle. On disait que le garde forestier renseignait les allemands. C’est pour ça qu’ils les ont tués. Un jour, une “jeep” était montée. Le garde avait blagué avec les soldats. Que pouvait-il faire d’autre ? Quelqu’un les avait vus, c’est sûr, et puis les langues de vipères ... Ils les ont tués alors qu’ils n’avaient rien fait.
Jarjaille pleurait doucement quand il me racontait ça (combien de fois il me l’a répétée cette histoire! Maintenant on dirait qu’il le fait encore, chaque jour). Il a passé sa vie avec l’image de cette fille, essayant de la retrouver, elle, dans chaque coin de sa montagne mais il ne pouvait plus marcher, ne pouvait plus continuer ( ou bien ne peut-il plus marcher, plus continuer ?). Depuis des années, je lui offrais la charité de mon écoute, de ma présence, mais ce soir-là son regard me suppliait, me demandait l’autre charité, l’ultime, celle qui console, celle qui délivre.

La fille au smartphone chuchote à mon oreille:
“Cette charité je ne peux pas te la donner Jarjaille ! Il n’y a que les dieus qui en ont le droit! Tu te consoles pourtant, tu sais que ça viendra tout seul. Ferme, ferme les yeux. Retourne dans tes songes, elle est là avec toi et elle te sourit. Tu vois? Ce qui a été sera pour toujours. Pied de nez au néant. Tu partiras comme cela. Ne t’en fais pas!”

*Narcisse de Requien

SPIP | esqueleta | | Plan dau sit | Seguir la vida dau sit RSS 2.0 | {#ENV{label}}