Institut d’Estudis Occitans 06
Acuèlh dau sit > Niçard > Patrimòni > RIBON-RIBANHA

Pascas negras

RIBON-RIBANHA

dimècres 10 de mai dau 2017, da Joan-Pèire, Marc

Amics occitans, la cronica Ribon-Ribanha d’ancuei, titrada " Pascas negras ", v’es prepauada da Joan Claudi Puech, amic Facebook de l’IEO-06.

Asperam tanben lu vòstres escrichs per li cronicas futuri, que sigon racòntes dau passat ò dau quotidian, articles jornalistics, galejadas, poesias, cançons, scenetas de teatre, bandas dessenhadi...

a l’adreça : ribonribanha@yahoo.fr
"La garderem ribon-ribanha, nòsta rebèla lenga d’Òc !"

Corteta de Malanca

Pascas negras

Sèrgi se revelha amb una sentida d’urgéncia que comprèn pas sus lo cὸp. Comprèn pas, bὸrd que saup que lo drὸlle es sauve, ara. Emai mangèsse dins sei cinquanta cinc ans, Joassin, per eu resta e restarà per sempre lo pichὸt, l’enfant sieu. L’an menat a l’espitau d’Avinhon, en elicoptèr, lo dimenge de Pascas. Ièr-passat. Marridei Pascas. Aviá d’aiga dins lei parmons, e a l’entorn dau cὸr. Aquest aviá plus gaire de plaça per se posquer bolegar, e per compensar batiá lo mai lèu que podiá dins un espaci reduch. I aviá un ponch negre entre lei ventriculs; una necrὸsi que començava. An passat una sonda per l’artèria de la cueissa e an arrestat tot aquὸ. A patit, verai, e benlèu mai que son cὸr a morflat, mai ara es a l’espitau, e aquela sentida escura, inconscienta, d’un autre malastre, es pas per eu, es ligada a la tèrra.

Lo sente aquὸ Sèrgi. Lo païsan qu’es estat e que demὸra a mai de uechanta ans se leva sempre d’ora, quand la freg de fin de nuech li vèn cotigar la camba, aquela qu’existís plus. Fai pasmens una brava vὸuta que l’an amputat. Aquí, just sota lo ginolh, a l’endrech que de cὸps lo gratusa, coma esto matin.
Se massa la cueissa, d’aise, per la sortir de l’engordiment, per que tὸrne lo sang. Fai fresc, mai que de costuma. Lo silenci agolopa tot. Lo cat rondina pas, es totjorn a dormir sus la cocera. Sèrgi a subran enveja d’un veire d’aiga clara. Prèn pas lo temps d’ajustar la protèsi, aganta la cana qu’es sempre au cabeç, en cas que de nuech aguèsse un besonh de satisfaire. La camba valida sembla pas èsser aquela de l’aujὸu qu’objectivament es, lo pὸrta, l’a fai sautar coma un cabrit quand a faugut menar Joassin ais urgéncias d’Ate.

Buta lei cὸntravents, una nèbla de glaç, immobila e dura, calha lo païsatge, empèira la vinha e lei vergiers. Sèrgi saup. Es pas necite d’i anar veire. La nuech aurà laissat una taca bruna sus lei pistils que començavan de se faire fruchs, pichὸtei bilhas redondas e verdas encara. Es la “gelada negra”, aquest an cent dau cent de la recὸrda en riba de Calavon serà perduda.

Joan Claudi Puech

Pâques noires

Serge se réveille avec un sentiment d’urgence qu’il ne comprend pas sur l’instant. Il ne comprend pas car il sait que son enfant est sauf, maintenant. Et même s’il va dans ses cinquante cinq ans, Joassin, pour lui, est et restera toujours son petit, son enfant. Ils l’ont amené à l’hôpital d’Avignon, en hélicoptère, le dimanche de Pâques. Avant-hier. Mauvaises Pâques. Il avait de l’eau dans les poumons, et tout autour du coeur. Celui-ci n’avait plus beaucoup de place pour bouger, et pour compenser il battait le plus vite possible dans un espace réduit. Il y avait un point noir entre les ventricules; une nécrose commençait. Ils ont passé une sonde par l’artère de la cuisse et ils ont arrêté tout ça. Il a pâti, c’est vrai, et peut-être même que le coeur a morflé, et cependant cette intuition obscure, inconsciente, d’un autre malheur n’est pas pour lui, elle est liée à la terre.

Cela, il le sent Serge. Le paysan qu’il a été, et qu’il reste encore a plus de quatre-vingt ans, se lève toujours tôt, quand le froid de la fin de nuit vient lui chatouiller la jambe, celle qui n’existe plus. Il y a pourtant longtemps qu’ils l’ont amputé. Ici, juste sous le genou, à l’endroit qui le gratte parfois, comme ce matin.
Il se masse doucement la cuisse pour la sortir de l’engourdissement, pour que revienne le sang. Il fait plus frais que d’habitude. Le silence enveloppe tout. Le chat ne ronronne pas, il dort toujours sur l’édredon. Serge a soudain envie d’un verre d’eau claire. Il ne prend pas le temps de mettre la prothèse, il attrape la canne qui, au cas où la nuit il ait quelques besoins à satisfaire, est toujours placée au chevet du lit. La jambe valide ne semble pas être celle de l’aïeul qu’objectivement il est, elle le porte, elle l’a fait sauter comme un chevreau quand il a fallu amener Joassin aux urgences d’Apt.

Il pousse les volets, une brume de glace, immobile et dure, fige le paysage, pétrifie la vigne et les vergers. Serge sait. Il n’est pas nécessaire d’aller voir. La nuit aura laissé une tache brune sur les pistils qui commençaient à se faire fruits, petites billes rondes et vertes encore.
C’est la “gelée noire”, cette année cent pour cent de la récolte au bord du Calavon sera perdue.

SPIP | esqueleta | | Plan dau sit | Seguir la vida dau sit RSS 2.0 | {#ENV{label}}