Institut d’Estudis Occitans 06
Acuèlh dau sit > Niçard > Patrimòni > RIBON-RIBANHA

Escaïnoms

RIBON-RIBANHA

dimècres 17 de mai dau 2017, da Joan-Pèire, Marc

Amics occitans, la cronica Ribon-Ribanha d’ancuei, titrada "Escaïnoms", v’es prepauada da Roger GILLI, sòci de l’IEO-06.

Asperam tanben lu vòstres escrichs per li cronicas futuri, que sigon racòntes dau passat ò dau quotidian, articles jornalistics, galejadas, poesias, cançons, scenetas de teatre, bandas dessenhadi...

a l’adreça : ribonribanha@yahoo.fr

"La garderem ribon-ribanha, nòsta rebèla lenga d’Òc !"

Escaïnoms

L’i a gaire embé un cosin, que li raiç sieui son d’amont a Rigaut coma ieu, charravam de l’enfança nòstra d’estiu en gavotina. Parlavam dei ancians despareissuts, barbas d’un, tantas de l’autre, amics de la familha, vesins, pi la charraïssa s’es despartida sus la nomenàia de quauqui personas.

N’i èra un que l’i si veía que de temps en temps, a l’escasença dau festin ò per li fieras de junh e de setembre. Un barrotlaire, arribava de nuech de dont sabi, durmia dins la feniera de tanta Ròsa e lo trovavam de matin que si refrescava lo morre a l’aiga de la fònt sus la plaça dau vilatge. Lo monde diíon d’eu : « Es un artista, es un pintre de tria », mas se pintava ben èra sobretot un espana gòtos de promiera. De dont venia aqueu sauta-barris ? Non lo sabiavam, parlava pròpi ben lo francés, signe qu’avia d’instruccion, mas pas la lenga nòstra. Avèm jamai sauput lo sieu nom de maion, solament lo sieu nom de baptisme : « Gaston ». Quora un lo rescontrava li demandava : « Alora Gaston coma va ? » eu respondia totjorn « Tout va bien ! » pi saludava m’un soguinhe sensa dent e la s’esbinhava. Per toi lu estatjants dei vilatges dau canton aquelu tres mots son devenguts la sieu identitat : Gaston Toutvabien.

Un jorn qu’èra salat coma una amploa, sus lo còup de tres oras dau près-dinnar, l’avèm vist si corcar sus l’esquina sus lo parapiech de la rota sota de la maion Gilli, lu braç en crotz e durmir coma un sac de gipás. Tanta Victorina (pas aquela de Monsur Gag, mas la rigaudenca) que si passejava en per aquí lu belicres pegats sus la poncha dau nas, un gromiceu de fiu de coton dins la borniera dau faudiu, faguent a malha de caucetas en caminant plan planin, si signèt mantu còups e l’i anèt dei sieu preguieras per que non si debaucèsse dins l’òrt cinc mètres sota. Mas lo Bòn Dieu, que para lu chocatons, exaudèt aquesta Santa frema e mandèt una raissa que refresquèt la cervèla bulhenta de Gaston, lo faguent s’enauçar dau bòn caire e s’enanar en trantalhant per s’assostar dins una feniera pròcha en diguent :« A moi les murs, La terre m’abandonne ! » Totun pintava ben, per crompar li sieu bevendas dins cada beguda, e d’aquò, n’i èran a breti, sortia de la sàcola lu pincèus e zo !

Dins l’òste a cò de Maurin, au ponent dau vilatge qu’estraplomba lo Cimon de Maiola (Mairòla en francés), per pagar la pension e lu tòmos de vin avia pintat sus li parets de frescs de doi metres sus doi : paisatges dau canton, pastre embé lo sieu aver, pescaire dins li cluas de Chans.

Pinturas coloradi, pinturas necii, mas testimònis d’un autre temps. Filosòfo ? Anarchista ? Marginau coma si ditz ai jorns d’ancuei ? Un jorn Gaston despareissèt. De dont es passat ? L’espitau pi un cròs comun, segurament…

Aquesta beguda, nautres lu rigaudencs, la diavam a cò ‘dau Zoave ‘. Un antenat Maurin foguèt militari dins un regiment de zoaves e quora venia en permission au vilatge, per ben si faire aremarcar traversava la plaça en gran vestiment : li braias gonfli rogi e la chèchia ficada sus lo suc, superbi coma un gal. L’escaïnom es restat longtemps, meme ai fremas de la familha, coma lu frescs sus lu postats, fins que lu eiretiers transformèsson l’òste en maion d’abitacion, la sala de beguda en una grana sala de manjar e li faguèsson curbir d’una pintura uniforma, moderna, trista, sepelissent la memòria de Gaston, d’annadas de tamponas, de brams, de rires e de garolhas de la pràctiga dau passat.

E pi tant d’autres ; Joana la Sòrba, Lo Chat, L’òme fèr, Lo Pelós, La Feda… un autre còup, cau que fagui de cercas, mas lu vièlhs an plegats li parpèlas despí, alora…

Rogier GILLI Lion, Abriu dau 2016

Surnoms

Il y a peu, avec un cousin originaire de Rigaud comme moi, nous évoquions ces belles vacances estivales de notre enfance en pays gavot, les anciens disparus, oncles, tantes, amis de la famille et voisins. Puis la discussion a bifurqué sur les sobriquets de certaines personnes.

Il y en avait un que l’on ne voyait qu’en certaines occasions : Fête Patronale et foires de juin et septembre. Une sorte de vagabond, il arrivait, tard le soir, dont on ne sait d’où, passait la nuit dans le fenil de tante Rosa. On le trouvait le matin se rafraichissant le visage à la fontaine sur la place du village. Les gens disaient de lui : « C’est un artiste, un peintre de valeur », mais s’il peignait bien c’était surtout un poivrot de première. D’où venait-il ? On ne le savait pas. Il s’exprimait dans un très bon français, signe qu’il avait une certaine instruction, mais ne parlait pas la langue du pays. Nous n’avons jamais su son nom de famille, seulement son prénom : Gaston. Quand on lui posait la question rituelle : « Alors Gaston, comment va ? » il répondait invariablement : « Tout va bien ! » puis, avec un sourire édenté, il saluait et poursuivait son chemin. Pour tous les habitants des villages alentour ces trois mots étaient devenus son identité ; « Gaston Toutvabien ».

Un jour qu’il était fin-saoul, vers trois heures de l’après-midi, nous le vîmes se coucher sur le dos sur le parapet de la route sous la maison Gilli, et dormir les bras en croix comme un bienheureux. Tante Victorine, pas celle de Monsieur Gag mais bien la rigaudoise, qui passait par là, les bésicles pincées sur la pointe du nez et une pelote de fil de coton dans la poche de son tablier, tricotant des chaussettes tout en cheminant, en l’apercevant se signa plusieurs fois et y alla de ses prières pour qu’il n’aille pas s’écraser dans le potager cinq mètres plus bas. Mais le Bon Dieu qui protège les ivrognes fit pleuvoir une averse qui, rafraichissant sa cervelle en ébullition, le fit se lever du bon côté et s’en aller en titubant s’abriter dans un fenil proche en disant ; « A moi les murs, la terre m’abandonne ! »

Et pourtant il peignait fort bien. Pour payer ses beuveries dans les débits de boissons, et cela ne manquait pas, il sortait les pinceaux de sa besace et … Dans l’auberge Chez Maurin, à l’ouest du village, que surplombe la cime de Mairola, pour régler sa pension et les dame-Jeanne de vin, il avait peint sur les murs de la salle de bar des grandes fresques de deux mètres sur deux. Paysages des alentours, berger menant son troupeau, pêcheur dans les gorges du Cians, œuvres colorées, œuvres naïves, mais témoignages du temps passé.

Philosophe ? Anarchiste ? Marginal, comme on dit aujourd’hui ? Un jour nous ne l’avons plus vu, qu’était-il devenu ? L’hôpital, sans doute, puis la fosse commune surement !

Ce débit de boissons, nous les rigaudois, nous l’appelions ; Chez le Zouave. Le grand-père Maurin avait été militaire dans un régiment de zouaves. Quand il venait en permission en grand uniforme, les pantalons bouffants rouge et la chéchia vissée sur le crâne, il traversait la place du village fier comme un coq, se faisant ainsi bien remarquer. Le surnom est resté longtemps, même pour les femmes de la famille, ainsi que les fresques sur les cloisons jusqu’à ce que les héritiers, transformant l’auberge en maison d’habitation et la salle de bar en une grande salle à manger, ne les fassent recouvrir d’une peinture moderne, unie, triste, ensevelissant la mémoire de Gaston, des années de bombances, de cris, de rires et de disputes de la clientèle du passé.

Puis bien d’autres : Jeanne la Sorbe, le Chat, L’homme sauvage, le Poilu, La Brebis…Une autre fois, des recherches m’attendent, mais les anciens sont partis, alors…

SPIP | esqueleta | | Plan dau sit | Seguir la vida dau sit RSS 2.0 | {#ENV{label}}