Institut d’Estudis Occitans 06
Acuèlh dau sit > Niçard > Patrimòni > RIBON-RIBANHA

Řa figa

RIBON-RIBANHA

dimècres 3 de mai dau 2017, da Joan-Pèire, Marc

Amics occitans, la cronica Ribon-Ribanha d’ancuei, titrada "Řa figa", v’es prepauada da Joan-Pèire AIPERTO sòci de l’IEO 06. Asperam tanben lu vòstres escrichs per li cronicas futuri, que sigon racòntes dau passat ò dau quotidian, articles jornalistics, galejadas, poesias, cançons, scenetas de teatre, bandas dessenhadi...

a l’adreça : ribonribanha@yahoo.fr

"La garderem ribon-ribanha, nòsta rebèla lenga d’Òc !"

Řa figa

Ënt’ë řòët di Praiři dë Coent së pò veë una bèla figa. A stend ře sei branque stòete còm di sëipenti e a fa ombra melh ëncòë quë řa tenda dë fëstin dë řa Sant-Ròc.

Ei un aibo vigořojë qu’ë tiřa řa se mangiàa dë řa tèrra con una ëngoidicia qu’a ř’ëntoinë miga aibo n’i viv. Ře raïsë folhan řa tèrra për trovàa ř’aigua, lënh, sempre chu lënh, e, pòc a pòc, ënvaìshon ř’òët. Řa soa verocitat fa fastidi.

Còm, ëndigàa cuèla ràbia dë viv, cuèla sei tiřa-sango quë privà ři Praiři d’un bea vëigeë, que porëřìan vend-se řa frucha. Cheit, ř’ombra d’a figa ven a talh për fàa-se un sònë ř’ëstai a ř’aimus dë ragë dë soë. Ma lò në compensa pas ë manc d’a frucha qu’a së vendëřìa ben; pèssëgui, brinhe, peiřussi, lambèigi, qu’e rendon mai quë ře figue que maichisson quand son tacai da ři veini.

Alořa i Praiři dëchidan dë fàa una trënchada a ř’ëntoinë d’a figa për baràa ë camin a cuèle raïce motrìoje. Ëntra temps ři autri aibos së guainishon dë fruchas, lò, quë prëved a vënië una bòna rëcòita.
Ma řa figa rëfusa dë lashàa-se baràa, e a lançat una terrìbile ofansiva dë tute ře sei raïce për norië-se ëngoida dë řa tèrra ëngrashàa dë leam dë cavàa, ma, a ř’ënviřon ři autri aibo comensan ja a patië.

Alořa, i Praiři pilhan řa dëcision dë talhàa řa figa è !

Řa nuëch dond ei prononsat řa sëntencia, una tëmpèsta dëvasta tut ë païs. Ventassi còm de bestie feřòche, rompon ři aibos centënaři, rancan ři tichi, sëcròlan fìa ře cai. Di rulhi e d’aiguassi s’acampan shu ře campanhe stiřasend tut lò qu’ë vent a rancat, tut lò qu’ei ëncòë drech ! Un dësastr !

Quand řa tëmpèsta s’ei afëimat, i Praiři pònon constatàa quë, basta řa figa ei ëncòë ben ënraïsàa, mac dëschanàa de sei fëlhe, ma chu vivassa quë jamai.
Ë Coent ruinat, i Priaři devon fàa rimòsina, e n’aveë da manjàa quë quaique figue seque, una mënàa dë nòse o dë ninsòře rapořai për camin. Gràcia a řa figa anon poshut travëishàa cueë brut temps dë cařëstìa. Ma pëique talhàa un aibo quë donà ř’ajut d’a pròvidència ? Alořa, në talhai pa ře vòëshe figue meme se ënvaìshon ř’òët, un di, poguei aveë n’en da bësënh !...

(à Saorge, les arbres fruitiers portent le même nom que leurs fruits) 11/03/2017 Joan-Pèire AIPERTO

Řa figa sensa fëlhe

Le figuier

Dans le jardin potager des Prêtres du Couvent il y a un beau figuier. Il étend ses branches tordues comme des serpents qui font de l’ombre encore mieux que la bâche du festin de la Saint Roch.

C’est un arbre vigoureux qui se nourrit de la terre avec une telle boulimie qu’aux alentours, aucun arbre ne peut y vivre. Les racines fouillent la terre pour trouver de l’eau, loin, toujours plus loin, et, peu à peu, elles envahissent le jardin. Sa voracité devient inquiétante.

Comment endiguer cette rage envie de vivre, cette sangsue qui prive les Prêtres d’avoir un beau verger dont ils pourraient vendre les fruits. Certes, l’ombre du figuier est le bien venu pour y faire un somme l’été au plus fort des rayons du soleil. Mais cela ne compense pas le manque de fruits qui se vendraient biens; pêches, prunes, poires, abricots, qui donnent plus que les figues qui moisissent attaquées par les verts.

Alors les Prêtres décident de creuser une tranchée autour du figuier pour barrer la route à ces racines arrogantes. Entre temps les autres arbres se garnissent de fruits, ce qui prévoit une bonne récolte.

Mais le figuier refuse de se laisser enfermer et il se lance dans une terrible offensive de toutes ses racines pour se nourrir de cette terre engraissée au fumier de cheval, au détriment des autres arbres qui commencent à en pâtir.

Alors, les Prêtres prennent la décision de couper le figuier.

Mais, la nuit où est prononcée la sentence, une tempête dévaste tout le pays par de terribles vents comme des bêtes féroces qui arrachent les arbres centenaires, détruisant les toitures jusqu’à en faire trembler les maisons. Des trombes d’eau s’écrasent sur les campagnes qui emportent tout ce que le vent a arraché, tout ce qui est encore debout ! Un désastre !

Quant la tempête s’est calmée les Prêtres peuvent constater que seul le figuier est encore bien enraciné, seulement décoiffé de ses feuilles, mais plus vivace que jamais.
Le Couvent ruiné, les Prêtres doivent faire l’aumône et n’avoir à manger que quelques figues sèches, glaner par chemins une poignée de noix ou de noisettes. Grace au figuier ils ont pu traverser ce mauvais temps de disette.
Mais pourquoi couper un arbre qui semble être envoyé par la providence ?

Alors ne coupez pas vos figuiers même s’ils envahissent votre jardin, vous pouvez en avoir besoin, un jour !...

SPIP | esqueleta | | Plan dau sit | Seguir la vida dau sit RSS 2.0 | {#ENV{label}}