Institut d’Estudis Occitans 06
Acuèlh dau sit > Niçard > Patrimòni > RIBON-RIBANHA

“Que mirelha !” (“Que meravilha !”)

RIBON-RIBANHA

dimars 25 d’abriu dau 2017, da Joan-Pèire, Marc

Amics occitans, la cronica Ribon-Ribanha d’ancuei, titrada "“Que mirelha!” (“Que meravilha!”)", v’es prepauada da Joan Claudi Puech, amic Facebook de l’IEO-06.

Asperam tanben lu vòstres escrichs per li cronicas futuri, que sigon racòntes dau passat ò dau quotidian, articles jornalistics, galejadas, poesias, cançons, scenetas de teatre, bandas dessenhadi...

a l’adreça : ribonribanha@yahoo.fr
"La garderem ribon-ribanha, nòsta rebèla lenga d’Òc !"

Corteta de Malanca

“Que mirelha !” (“Que meravilha !”)

Es mon amiga Mirelha, e m’anetz pas cercar garrolha per la grafia de son prenom. Dins lo diccionari dau CREO Provença, avètz: Mirèia, Mirèlha, ὸ Mirelha. Parpèla d’agaça davant çὸ que l’amistat presta a la vida.

L’esmeravilhan lei causetas de ren, lei pichὸtei beutats de cada jorn. Per lo rèsta, per la pesantor de l’existéncia, bota! Es la resiliança quasi espontanèa, quand petonejan, tendrei e docei bofiguetas de gràcia, lei : “Que meravilha ! Que meravilha !”. Es ansin que de lὸnga remena son pichὸt nom. E n’aviá pas consciéncia fins an aqueste jorn d’aquí que se passejaviam cotria per lo mercat de Malanca qu’a coma lei dindoletas, tὸrna pas qu’ai bèus jorns.

“Mossur Joassin ?”
Me faciava la joventa, trantalhava qu’èra pas segura de me remetre. Verai qu’ai cambiat dempuei. Manjava dins sei sièis ans quand, ambé l’ajuda de sei gènts, aviáu assajat de montar una calandreta dins la vilὸta vesina d’Ate. Fagueriam chic.

Servava encara son morre de drolleta, Laura, e aqueu biais de parlar, aqueu paladar provençau, aqueu “cèu de boca” qu’es incapable de prononciar “Claudi”, mai que de lὸnga te donarà de “Glaudi”. “Glaudi, la gamba vos fai mau ? Gata grata gamba, ὸ ! Glaudi !” Me secutava amb aquela seringὸla enfantina qu’aviá inventada. Urosament de son paire que m’atrenquèt, vai-t-en saupre perqué, de l’escais-nom de Joassin.

Anèt jamai a l’escὸla fin finala, mai l’educacion estent obligatὸria, la li faguèron a l’ostau. A l’anciana! Latin e Grèc ! Leis inspectors de l’Educacion Nationala passavan de temps en quora. Avián ren de dire. Trobavan pasmens que la drὸlla viviá dins un mitan un pauc ... “estequit”. Riguèt Laura. Ara vendiá son mèu per mercats. S’èra facha apicultritz, pastressa d’abelhas que nos diguèt. Se sabiá fὸra monde e pasmens aquest li èra pas de manca, la ragantava de cὸps, que l’an passat aviá perdut la mitat dei bruscs. Lei pesticidas e autres, sabètz. E lo climat que vira pas redon. Avián pas poscut ivernar, son mὸrtas d’una pichὸta gelada !

Mirelha se palaficava davant l’evidéncia que li sautava ais uelhs e ais ausidors. Aquela joventa calculava pas solament una segonda quand durbiá la boca. La lenga d’Òc li veniá a biais naturalament. Una paraula que rajava coma aiga a la fὸnt, e la conclusion que l’aviá pas apresa dins lei libres. Aquela empega !

Avèm contuniat nὸstra passejada, muts totei dos, Mirelha agachant sei sabatas. Au bot d’un moment se posquèt plus tenir :

“Que meravilha ! Es pas de crèire ! En 2017 ! Que meravilha !
- Qué ? Que meravilha ? Que la tengue dau breç la lenga ? Qu’a pas jamai trevat l’escὸla ?
- Lei dos, mon garri, lei dos. Que meravilha !”
E, risoliera, s’embarrèt mai dins son silenci.
“Sas, que li diguèri, es Mistral qu’a inventat ton pichὸt nom. Se ditz qu’es sa grand que dins son parlar arrestava pas de s’exclamar, “que mirelha !”, en luὸga de dire “ que meravilha !”.
- Ò mon garri ! N’apreni cada jorn ! Lo sabiáu pas.”

Puei dins un guinhar d’uelh me faguèt : “ Que mirelha aquela jornada !”

Joan Claudi PUECH

“Quelle Mireille !” ( Quelle merveille !)

Mireille est mon amie, et n’allez pas me quereller pour la graphie de son prénom. Dans le dictionnaire du CREO Provence, vous avez: Mirèia, Mirèlha, ou Mirelha. Broutilles devant ce que l’amitié prête à la vie.

Les choses de rien, les petites beautés de chaque jour l’émerveillent. Pour le reste, pour la pesanteur de l’existence, dame! C’est la résilience quasi spontanée quand pétillent, tendres et douces petites bulles de grace, les:”Quelle merveille! Quelle merveille!”. C’est ainsi qu’elle rabâche continuellement son prénom. Et elle n’en avait pas conscience jusqu’à ce jour où nous nous promenions tous les deux sur le marché de Malanca, qui, comme les hirondelles, ne revient qu’aux beaux jours.

“Monsieur Joassin ?”
La jeune femme me dévisageait, elle hésitait, n’étant pas sûre de me reconnaître. Il est vrai que j’ai changé depuis. Elle allait dans ses six ans quand, avec l’aide de ses parents, j’avais essayé de monter une calandreta dans la ville voisine d’Apt. Nous échouâmes.

Laure conservait encore son minoit de petite fille, et cette façon de parler, ce palais provençal, ce “ciel de bouche” qui est incapable de prononcer “Claude”, et qui te dira tout le temps “Glaude”. “Glaude, la jambe vous fait mal ? Chatte, gratte jambe, oh ! Glaude !” Elle me persécutait avec cette rengaine enfantine qu’elle avait inventée. Heureusement que son père m’affubla, allez savoir pourquoi, du surnom de Joassin.
Elle n’alla jamais à l’école finalement, mais l’éducation étant obligatoire, ses parents la lui firent à la maison. A l’ancienne! Latin-Grec! Les inspecteurs de l’Education Nationale passaient de temps en temps. Ils n’avaient rien à redire. Ils trouvaient néanmoins que l’enfant vivait dans un mlieu un peu ....peu favorable à son épanouissement. Elle rit Laure. Maintenant elle vendait son miel sur les marchés. Elle était devenue apicultrice, bergère d’abeilles nous dit-elle. Elle se savait en dehors du monde et celui-ci ne lui manquait pas, parfois cependant il la rattrapait, l’an passé elle avait perdu la moitié de ses ruches. Les pesticides et autres, vous savez. Et le climat qui ne tourne pas rond. Elles n’avaient pu hiverner, elles sont mortes à la suite d’une petite gelée !

Mireille se pétrifiait d’étonnement devant l’évidence qui lui sautait aux yeux et aux oreilles. Cette jeune femme ne réfléchissait pas seulement une seconde quand elle ouvrait la bouche. La langue d’Òc lui venait naturellement. Une parole qui coulait comme eau à la fontaine, et la conclusion qu’elle ne l’avait pas apprise dans les livres. Cela laissait pantois !
Nous avons continué notre promenade, muets tous deux, Mireille regardant ses chaussures. Au bout d’un moment elle ne se tint plus:
“Quelle merveille ! Ce n’est pas croyable ! En 2017 ! Quelle merveille !
- Quoi ? Quelle merveille ? Qu’elle possède la langue de naissance ? Qu’elle ne soit jamais allée à l’école ?
- Les deux, mon chou, les deux. Quelle merveille !”
Et, silencieuse, elle s’enferma de nouveau dans son silence.
“Tu sais, lui dis-je, c’est Mistral qui a inventé ton prénom. On dit que c’est sa grand-mère qui dans son parler n’arrêtait pas de s’exclamer, “quelle mireille !” au lieu de dire “quelle merveille !”.
- Oh mon chou ! J’en apprends chaque jour! Je ne le savais pas.”

Puis dans un clin d’oeil elle me fit: “Quelle mireille cette journée !”

SPIP | esqueleta | | Plan dau sit | Seguir la vida dau sit RSS 2.0 | {#ENV{label}}