Institut d’Estudis Occitans 06
Acuèlh dau sit > Niçard > Patrimòni > RIBON-RIBANHA

Istòria de bolets : Lo carbonier

RIBON-RIBANHA

dimècres 19 d’abriu dau 2017, da Joan-Pèire, Marc

Amics occitans, la cronica Ribon-Ribanha d’ancuei, titrada "Lo carbonier", v’es prepauada da Roger GILLI, sòci de l’IEO-06.

Asperam tanben lu vòstres escrichs per li cronicas futuri, que sigon racòntes dau passat ò dau quotidian, articles jornalistics, galejadas, poesias, cançons, scenetas de teatre, bandas dessenhadi...

a l’adreça : ribonribanha@yahoo.fr

"La garderem ribon-ribanha, nòsta rebèla lenga d’Òc !"

Istòria de bolets : Lo carbonier

Es l’auton, en aquesta seson sota dei grans serentas de Pèira-Cava lu mieus cosins creisson, per lo pus gran plaser dei recampaires de bolets. La familha es mai qu’importanta, l’i son de blancs, de jaunes, d’oranges, de roges, de verdastres. N’i a que son boai da manjar, d’autres marrits que vos fan venir la cagarèla, son catius.

Ieu, ben escondut sota la tèrra, aspèri ben quiet luenh d’aquesta trafegada. Pi l’invern arriba, cuerbe lo sòl e lu aubres embé la sieu grana pelissa de nèu. Tot es blanc, fòra li bochetas rogi dei ariguiers e dei perussiers dei auceus encara espranhadi dai passerons. La nuech es mai que freoia, pus ren que bolega, solament quauqu pòrcs- fer, de cervos que rasclan la nèu au dessobre de la mieu tèsta per trovar quauqua ren da pitar ò un dugo que si rabalha un garri de campanha imprudent d’un còup d’arpiàs e lo si engola sus lo còup.

Aspèri totjorn. Passa la Candelièra. Lo soleu es un pauc pus aut dins lo ciel, lu jorns son un pauc mai lòngs, la nèu si delega. Pi un matin de Març, senti un refreniment mi córrer dins lo pen, creissi ! Cau que vagui veire lo monde de d’amont, lo ciel, lo soleu, la vida. Lo mieu capuchonet negre abuta la tèrra, la mofa ò li fuèlhas sequi, de còups que l’i a mi trovi sota d’un pichin gelàs pas encara fondut, fa pas ren ! Enfin, veï lo jorn ! Ajocada sus d’una branca bassa una lardiera mi saluda dai sieus « Pipít, pipít, pipít ».

« Mi dion lo carbonier (Hygrophorus Marzuolus), siáu un pichin bolet, un dei premiers de l’annada, capèu negre e pen blanc. Mas chuto ! L’i es un esquiròto que sautea de drecha a seneca a la cerca de granas denembradi, pi que si ferma e driçat sus li sieu cambas espia lu alentorns. »

Assostat sota d’una fuelha de castanhier, ben escondut, l’aluchi, que vorria ben mi manjar aqueu lecon. Ai la petoira ! Pi passa… Of !

Passa coma aquel’uman embé un baston e lo sieu cavanhòu, un morre-lec segurament, qu’es da cercar lu mieus fraires per ne’n faire una bòna sartaïda esto sera e la si tastar embé d’amics. !

Paures nautres, carboniers !

Rogier GILLI

Le charbonnier

L’automne est arrivé. En cette saison sous les grands épicéas de Pèira-Cava, mes cousins poussent pour le plus grand bonheur des amateurs de champignons. La famille est grande, il y en a de différentes couleurs : des blancs, des rouges, des oranges, des verts. Il y en a des comestibles et d’autres qui ne le sont pas, gare !

Moi, bien caché sous la terre, j’attends. J’attends bien tranquillement loin de toute cette agitation. Puis l’hiver arrive couvrant le sol et les arbres de sa grande pelisse blanche. Tout est blanc, excepté les fruits rouges des Alisiers et des Sorbiers des Oiseleurs encore épargnés par les passereaux. La nuit est glaciale, plus rien ne bouge si ce n’est quelque sanglier ou cerf grattant la neige, au-dessus de ma tête, pour y trouver quelque maigre pitance ou un hibou qui, d’un coup de serre, attrape un mulot imprudent et n’en fait qu’une bouchée.

J’attends toujours. Passe la Chandeleur, la course du soleil se fait plus haute, les jours rallongent, la neige fond.

Puis, un matin de Mars, je sens un frisson parcourir mon pied, je grandis ! Il faut que j’aille voir le monde d’en haut, le ciel, le soleil, la vie. Mon capuchon noir pousse la terre, les feuilles sèches, la mousse. Quelques fois je butte sur un reste de plaque de neige, qu’importe, je vois le jour. Perchée sur une branche basse une mésange me souhaite la bienvenue de ses « Pipit, pipit, pipit ».

- « On m’appelle le Charbonnier (Hygrophore de Mars), je suis un petit champignon, un des premiers de l’année, chapeau noir et pied blanc. Mais chut ! voilà un écureuil qui sautille de gauche à droite à la recherche de graines oubliées, puis qui s’arrête et dressé sur ses pattes postérieures observe les alentours ».

Abrité sous une feuille de châtaigner, bien camouflé, j’observe ce gourmand qui me croquerait volontiers. J’ai la frousse ! Il passe ! Ouf !

Il passe son chemin comme cet humain avec son bâton et son panier, un bec-fin certainement, qui cherche mes frères pour en faire une bonne poêlée ce soir et la déguster avec des amis.

Pauvres Charbonniers !

SPIP | esqueleta | | Plan dau sit | Seguir la vida dau sit RSS 2.0 | {#ENV{label}}