Institut d’Estudis Occitans 06
Acuèlh dau sit > Niçard > Patrimòni > RIBON-RIBANHA

Lo darrièr daus lobaterras - Joan Ganhaire

RIBON-RIBANHA

dimècres 22 de mars dau 2017, da Joan-Pèire, Marc

Amics occitans, la cronica Ribon-Ribanha d’ancuei, titrada "Lo darrièr daus lobaterras - Joan Ganhaire", v’es prepauada da Alexandra DESMOULINS , sòcia de l’IEO-06.

Asperam tanben lu vòstres escrichs per li cronicas futuri, que sigon racòntes dau passat ò dau quotidian, articles jornalistics, galejadas, poesias, cançons, scenetas de teatre, bandas dessenhadi...

a l’adreça : ribonribanha@yahoo.fr

"La garderem ribon-ribanha, nòsta rebèla lenga d’Òc !"

Lo darrièr daus lobaterras - Joan Ganhaire

L’estiu passat, denant d’anar ai rescòntres occitans en Provença, m’èri enebit de crompar de libres novèus, vist que n’ai ja un molon a maion qu’esperan d’èstre legits. Mas una pichina passejada dins la libraria, aquò non pòu far de mau... Regardi lu libres, lu discos, legissi quauqui quatrenas de cubèrta. E mi vequí denant un libre d’un escrivan Perigòrd, lo Joan Ganhaire, qu’a per títol « Lo darrièr daus Lobaterras ». Tòrni lo libre, e vequí çò que pòdi legir : « Ni sus las mapas, nimai dins las memòrias, se pòt trobar la mendra traça de la plaça fòrta de Lobaterra. Aurá faugut aqueu perjamin descubert dins lo cementeri dau priorat de Merlanda, rasís Perigüers, per conéisser l’istòria e la fin de Lobaterra la ben nomada. »

Ieu, siáu sortida de Perigüers. E lo priorat de Merlanda, segur que sabi onte es. Aüra, es una partida d’un vilatge qu’a per nom La Chapèla de Gonaguet. Pròche Merlanda, i a un luec qu’a per nom « Maisonneuve ». Ancuei se s’i troba encara una maion, ò çò que ne’n demora, es segur qu’es pus nòva despí longtemps. I a ò pusleu i avia tanben una granja. E aquela granja èra, quora èri pichina, lo luòc de residència dau tropèu de fedas de mon paigran. Tot aquò per dire que quora ai vist « priorat de Merlanda » sus la quatren de cubèrta dau libre, avii completament denembrat la mieu resolucion, e l’ai crompat, aqueu libre.

Es un pichin libre de 92 paginas escrich en occitan lemosin dau Perigòrd e publicat en lo 1987. L’illustracion de la cubèrta es facha da Josiana Daunis.

I a doi partidas dins lo libre. D’en premier, un narrator, qu’es coma l’autor, un medecin d’aqueu canton dau Perigòrd, conta coma l’istòria dau darrier dei Lobaterras es arribat a la sieu conoissença : a la seguida d’òbras dau costat de Merlanda, d’obriers li menan de papièrs qu’an trobats, e es dins aquelu pergamins que descobrís aquela istòria.

La seguida dau libre, es l’istòria dau darrier dei Lobaterras, ò pusleu l’istòria de doi amics, Joan de l’Arribiera, qu’escriguèt lu papièrs trobats per lu obriers, e lo sieu amic d’enfància, Arnaud, lo darrier dei Lobaterras. L’istòria es au còup istòric e fantastic. Istòric perqué si debana a l’Edat Mejan, a aquela epòca que Merlanda fasia partit de la baronia de Bordelha (l’una dei quatre baronias dau Perigòrd embé Biron, Bainac, e Maruelh) , e que dei gents perigòrd (coma lo Joan de l’Arribiera e l’Arnaud dins l’istòria) son partits combatre ai crosadas. Fantastic, es tota l’istòria contada dins lu pergamins que l’es, l’istòria de la guèrra entre lu òmes e lu lops. L’istòria dei gents de Lobaterra, es l’istòria d’aquela guèrra, una guèrra sensa pietat, fins a Arnaud. Çò qu’a vist Joan de l’Arribiera dau ròtle d’Arnaud dins aquela guèrra èra tròup peant per eu, es per aquò que l’escriguèt, embé la paur qu’un jorn, quauqu’un lo legisse.

Mas arresti aquí aquela presentacion dau libre. Se n’en voletz saber mai sus l’istòria d’Arnaud, lo darrier dei Lobaterras, vi cau legir lo libre...

Alexandra DESMOULIN

Le dernier des lobaterras – Jean Ganiayre

L’été dernier, avant d’aller aux rencontres occitanes en Provence, je m’étais interdit d’acheter des livres nouveaux, vu que j’en ai déjà beaucoup qui attendent d’être lus. Mais un petit tour dans la librairie, ça ne peut pas faire de mal... Je regarde les livres, les disques, je lis quelques quatrièmes de couverture. Et me voici devant un livre d’un écrivain du Périgord, Jean Ganiayre, dont le titre est « Lo darrièr daus lobaterras ». Je retourne le livre, et voici ce que je peux lire : « Ni sur les cartes, ni même dans les mémoires, on ne peut trouver la moindre trace de la place forte de Lobaterra. Il aura fallu ce parchemin découvert dans le cimetière du prieuré de Merlande, proche de périgueux, pour connaître l’histoire et la fin de Lobaterra, la bien nommée. »

Moi, je suis originaire de périgueux. Et le prieuré de Merlande, bien sûr que je sais où c’est. De nos jours, il fait partie d’un village qui s’appelle la Chapelle Gonaguet. Non loin de Merlande, il y a un lieu nommé « Maisonneuve ». Aujourd’hui si on y trouve encore une maison, ou ce qu’il en reste, ce qui est sûre c’est qu’elle n’est plus neuve depuis longtemps. Il y a ou avait également une grange. Et cette grange était quand j’étais enfant, le lieu de résidence des moutons de mon grand-père. tout cela pour dire que, quand j’ai vu « prieuré de Merlande » sur la quatrième de couverture, j’avais complètement oublié ma résolution, et je l’ai acheté ce livre.

C’est un petit livre de 92 pages écrit en occitan limousin du Périgord et publié en 1987. L’illustration de la couverture est de Josiane Daunis.

Il y a deux parties dans le livre. Tout d’abord, un narrateur, qui est comme l’auteur médecin dans ce coin du Périgord, raconte comment l’histoire du dernier des Lobaterras est arrivée jusqu’à lui : c’est à la suite de travaux du côté de Merlande que des ouvriers lui apportèrent des papiers qu’ils avaient trouvé, et c’est dans ces papiers qu’il découvrit toute l’histoire.

La suite du livre, c’est l’histoire du dernier des Lobaterras, ou plutôt l’histoire de deux amis, Joan de l’Arribiera, qui a écrits les papiers trouvés par les ouvriers, et son ami d’enfance, Arnaud, le dernier des Lobaterras. L’histoire est à la fois historique et fantastique. Historique parce que elle se déroule au Moyen-Age, à l’époque où Merlande faisait partie de la baronnie de Bourdeilles (l’une des quatre baronnies du Périgord avec Biron, Beynac et Mareuil), et que des périgourdins (comme Joan de l’Arribiera et Arnaud dans l’histoire) sont partis combattre aux croisades. Fanstatique, c’est toute l’histoire racontée dans les parchemins qui l’est, l’histoire de la guerres entre les hommes et les loups. L’histoire des gens de Lobaterra, c’est l’histoire de cette guerre, une guerre sens pitié, jusqu’à Arnaud. Ce qu’a vu Joan de l’Arribiera du rôle d’Arnaud dans cette guerre était trop pesant pour lui, c’est pour ça qu’il la mit par écrit, avec la peur qu’un jour, quelqu’un la lise.

Mais j’arrête ici cette présentation du livre. Si vous voulez en savoir plus sur l’histoire d’Arnaud, le dernier des Lobaterras, il ne vous reste plus qu’à lire le livre...

SPIP | esqueleta | | Plan dau sit | Seguir la vida dau sit RSS 2.0 | {#ENV{label}}