Institut d’Estudis Occitans 06
Acuèlh dau sit > Niçard > Patrimòni > RIBON-RIBANHA

Mòt de bilhet d’umor

RIBON-RIBANHA

dimècres 5 d’abriu dau 2017, da Joan-Pèire, Marc

Amics occitans, la cronica Ribon-Ribanha d’ancuei, titrada "Mòt de bilhet d’umor", v’es prepauada da Patricia Funghini-Bassat sòcia de l’IEO 06. Asperam tanben lu vòstres escrichs per li cronicas futuri, que sigon racòntes dau passat ò dau quotidian, articles jornalistics, galejadas, poesias, cançons, scenetas de teatre, bandas dessenhadi...

a l’adreça : ribonribanha@yahoo.fr

"La garderem ribon-ribanha, nòsta rebèla lenga d’Òc !"

Mòt de bilhet d’umor

Bonjorn en totei,

N’i a pron ! Siáu embilada, encanhada, emmaliciada, enrabiada e patin e cofin . . .
Siáu a legir lo mesadier que li dison : « Lo coguòu ». Ai ben cercat d’en pertot, ai manco pas trobat una novèla soleta, una nòva, un article solet en lenga nòstra !

Alora, siáu a mi demandar perqué aguer chausit un escais-nom en òc ? Ben segur es lo faus-nom deis Aubarnencs, vo sabi !

L’editor a emplegat la grafia mistralenca per lo títol; es un autre biais d’escriure. Ieu, m’agrada mielhs la classica. Fau pas si garolhar per aiço : « Cadun fa ço que vòu » (article nòu de la constitucion occitana).

Mai, tornam au subjèct. D’en promier, faudriá que diguessi au monde que lo coguòu es un aucèu.
– cova pas
– fa lo sieu uòu dins lo nis deis autreis (subretot dins aqueu dei sarralhiers)
– quora lo poleton a naissut, possa leis autreis uòus fòra

Rassugueratz vos, me n’en vau pas pondre un cors subra lei costumas avicòlas. Prepausi, dins aquesta revista, de gardar un pichòt espaci per l’expression provençala.

Aquest dialèct occitan es fòrça ric dins lo sieu vocabulari e dins la sieu gramatica. Es la clau que durbe la pòrta de la cultura nòstra. A la sieu plaça dins la vida vidanda e de mai dins un jornau comunau dich « Lo coguòu ».

Una Aubarnenca Patricia Funghini

Billet d’humeur

Bonjour à tous,
Ça suffit ! Je suis contrariée, énervée, en colère, irritée, enragée etc...,
Je suis en train de lire le mensuel qui s’appelle : « Lo coguòu ». J’ai eu beau chercher de partout, je n’ai même pas trouvé un seul récit, une nouvelle, un seul article en langue régionale !

Alors, je me pose la question pourquoi avoir choisi un surnom en occitan ? Bien sur, c’est l’appellation des habitants du Bar sur Loup, je le sais !

L’éditeur a employé la graphie mistralienne pour le titre; c’est une autre façon d’écrire. Pour ma part, je préfère la classique. Il ne faut pas se chamailler pour ceci : « Chacun fait ce qu’il veut » (article neuf de la constitution occitane).

Mais, revenons au sujet. En premier, il faudrait que je vous dise que le coucou est un oiseau.
– il ne couve pas
– il pond son œuf dans le nid des autres (surtout dans celui des mésanges)
– quand l’oisillon est né, il pousse les autres œufs dehors
Rassurez-vous, je ne vais pas faire un cours sur les coutumes avicoles. Je propose, dans cette revue, de garder un petit espace pour l’expression provençale.

Ce dialecte occitan est très riche par son vocabulaire et sa grammaire. C’est la clé qui ouvre la porte de notre culture. Il a sa place dans la vie de tous les jours et de plus dans un journal communal nommé « Lo coguòu ».

Une habitante du Bar-sur-Loup Patricia Funghini

SPIP | esqueleta | | Plan dau sit | Seguir la vida dau sit RSS 2.0 | {#ENV{label}}