Institut d’Estudis Occitans 06
Acuèlh dau sit > Niçard > Patrimòni > RIBON-RIBANHA

PARSÉ

RIBON-RIBANHA

Lu vièlhs son de lèbres que duermon emb’ai uelhs dubèrts.

dimècres 18 de mars dau 2015, da Joan-Pèire, Marc

Amics occitans, la cronica Ribon-Ribanha d’ancuei, titrada "PARSÉ" es prepauada da Joan Peire BAQUIÉ , sòci de l’IEO-06. Asperam tanben lu vòstres escrichs per li cronicas futuri, que sigon racòntes dau passat ò dau quotidian, articles jornalistics, galejadas, poesias, cançons, scenetas de teatre, bandas dessenhadi...

a l’adreça : ribonribanha@yahoo.fr

"La garderem ribon-ribanha, nòsta rebèla lenga d’òc"

PARSÉ

Ancuei vos vodrii parlar de mon paigran : parsé (contraccion de « paire sénher ») coma si ditz en la Val Grana, valada occitana d’Itàlia dont èra originari.

Era naissut en lo 1894 en lo sieu masatge dei VERRA qu’èra tanben lo sieu nom de maion. Da pichon anèt a l’escòla fins a la terça, es a dire lo cors elementari segonda annada. Era ja bèu en aquesta época dont lu pichoi servion de braç ai parents a comptar de quatre-cinc ans.

Sa maire ben lèu li donèt a gardar li vacas e per fin que perdèsse pas lo sieu temps, li emparèt faire a malha li caucetas embé cinc agulhas. Es ensinda que Prit creissèt en emparant cada jorn li valors dau travalh.

A 14 ans, venguèt a pen a Niça per cercar de travalh e per èstre emplegat coma bòcho. Lo cònsol dau sieu país l’envielhissèt de doi ans embé de faus papiers. D’estiu s’entornava au sieu per ajudar la familha demorada au país. Es ensin qu’arribèt plan-plan lo temps dau servici militar : tres ans da faire.

Lo caporal dei lèbres (lo caporal di lèures)Au moment de s’entornar au sieu, la Premiera Guèrra Mondiala siguèt declarada e parsé la faguèt per fòrça. Un jorn mi cuntèt que lo sieu batalhon organizèt una corsa en montanha. Eu l’i participèt, de segur, en pensant de si rompre un braç ò una camba per escapar per un temps ai atrocitats de la guèrra. Arribèt premier de la corsa e li regalèron un toscan (cigaro) e una setmana de permission. Arribat davant lo sieu, solet lo can li faguèt fèsta, eu solet l’avia reconoissut tant avia cambiat en cinc ans. Partit jove èra revengut cau, a portar lo casco jorn e nuech en li trancheas.

Au sortir de la guèrra si marridèt embé Chotina (Lucia) ma maigran e venguèron travalhar en França, a Niça. Ela faía de mainatges en cò de particulars. Coma la màger part dei gents dau sieu vilatge, vivion toi en lo quartier de la Plana de Cimier (Carriera El Nouzah). Eràn lu « pipis », lu pilha-campis, aquelu que venon manjar lo pan dei francés e crompavan un tròç de ben quora avian doi sòus de costat.

Mon paigran, en lo fra temps, ientrèt a l’usina a gas de Niça. Descargava de vagons emplits de carbon. Per veire li sieu competenças, lo sieu contramèstre li prepauèt una escomessa : descargar un vagon da solet e ganhar una equipa completa d’obriers. Parsé ganhèt una botelha de vin, l’enjuec de l’escomessa, e lo contramèstre lo cost d’una equipa entiera. De sera, sovent, la fatiga lo pegava per sòl dont s’alongava sus lu malons frescs. Aquò solajava lo sieu patiment e la sieu esquina.

Per metre doi sòus de costat, parsé travalhava finda en lu jardins d’en Cimier en cò de rics proprietaris. Un li avia prestat un jardinet dont si faía doi liumes de que encaminar la sopa quotidiana. Aquí l’i tenia finda tres-quatre conius que manjavan lo diménegue emb’ai nhòquis fachs a man da Chotina…

Quauqui annadas après naissèt ma maire. Mon paigran, ben que naissut en campanha, conoissia pas gran caua ai parts. Demandèt a Chotina d’asperar lo matin per faire lo pichon que faía encara nuech. Quora madama Castelli-Rondelly, la levairís arribèt ma maire èra ja violeta. L’i èra pas de telefòno e encara mens de telefonet en aquest temps per sonar lo metge. Ma maire siguèt sauvada de gaire.

L’i seria totplen da contar sus de parsé, tant la sieu vida es estada rica e cargada d’eveniments de tota mena. Bessai qu’un jorn l’i mi metrai, bessai. Li devi totplen a parsé, e tra autre, la mieu passion per l’occitan.

Joan-Pèire BAQUIÉ

lo 15 de març dau 2015

Da legir tanben : http://ieo06.free.fr/spip.php?article2265

PÉPÉ

Aujourd’hui je voudrais vous parler de mon grand-père : parsé (contraction de « paire sénher ») comme cela se dit dans la Valgrana, vallée occitane d’Italie d’où il était originaire.

Il était né en 1894 dans son hameau des VERRA qui était aussi celui de son patronyme. Enfant, il alla à l’école jusqu’en troisième année, c’est à dire au cours élémentaire deuxième année. Cela était bien pour l’époque où il n’était pas rare de voir travailler les enfants à partir de quatre-cinq ans

Sa mère très tôt lui fit garder les vaches et afin qu’il ne perde pas de temps, elle lui apprit a tricoter les chaussettes avec cinq aiguilles. C’est ainsi que Prit (Esprit) grandit en apprenant chaque jour les valeurs du travail.

A 14 ans, il vint à Nice pour trouver du travail et être embauché en tant que manœuvre. Le maire de son village le vieillit de deux ans en lui fabriquant de faux-papiers. L’été il retournait chez lui pour aider sa famille restée au village. C’est ainsi qu’arriva tout doucement l’époque du service militaire : trois ans à accomplir.

Au moment de retourner chez lui, la Première Guerre Mondiale fut déclarée et pépé dut la faire bien évidemment. Un jour il me raconta que son bataillon organisa une course dans la montagne. Il y participa en pensant pouvoir se casser un bras ou une jambe pour échapper momentanément aux atrocités de la guerre. Il arriva premier de cette course et les autorités lui offrirent un cigare toscan ainsi qu’une semaine de permission. Arrivé devant sa maison, seul le chien lui fit fête, lui seul l’avait reconnu tant il avait changé en cinq ans. Parti jeune, il était revenu chauve à cause du casque qu’il portait jour et nuit dans les tranchées.

A la fin de la guerre, il se maria avec Tchoutino (Lucie) ma grand-mère et ils vinrent travailler en France, à Nice. Elle, elle faisait des ménages chez des particuliers. Comme la plus grande partie des personnes de son village, ils vivaient tous dans le quartier de la Plaine de Cimiez (Rue El Nouzah). On les appelait les "pipis", les preneurs de champs, ceux qui venaient manger le pain des français et qui achetaient un bout de terre lorsqu’ils avaient épargné quatre sous.

Mon grand-père à cette époque, entra à l’usine à gaz de Nice. Il déchargeait des wagons remplis de charbon. Afin de mesurer ses compétences son contremaître lui proposa un pari : décharger un wagon seul avant toute une équipe d’ouvriers. Parsé gagna une bouteille de vin, l’enjeu du pari, et le contremaître le coût d’une équipe d’ouvriers. Le soir, souvent, la fatigue le clouait au sol où il s’allongeait sur les tomettes fraiches. Cela soulageait son dos et sa souffrance.

Afin d’épargner un peu, parsé travaillait aussi dans les jardins de Cimiez chez de riches propriétaires. Un parmi eux, lui avait prêté un petit jardin où il y faisait pousser quelques légumes de quoi faire la soupe quotidienne. A cet endroit, il élevait aussi quelques lapins qu’il mangeait le dimanche avec les gnocchis fait maison par Tchoutino...

Quelques années plus tard naquit ma mère. Mon grand-père, bien que né à la campagne ne connaissait pas grand chose aux accouchements. Il demanda à Tchoutino d’attendre le matin pour enfanter car il faisait encore nuit. Lorsque madame Castelli-Rondelly, la sage-femme arriva, ma mère était déjà toute violette. Il n’y avait pas de téléphone encore moins de téléphone portable à cette époque pour appeler le docteur. Ma mère fut sauvée in extremis.

Il y aurait beaucoup à raconter sur mon grand-père, sa vie a été riche et chargée d’événements de toute sorte. Peut-être qu’un jour je m’y mettrai, peut-être. Je lui dois beaucoup à pépé, et parmi beaucoup d’autres choses, ma passion pour l’occitan.

Vorguessiatz laissar un messatge en bas d’article vos aremerciam de passar per l’adreça : jpbaquie@yahoo.fr (per rason d’espams avèm deugut barrar lo forom dirèct : répondre à cet article).

8 Messatges

  • RIBON-RIBANHA 18 de mars dau 2015 19:28, da Joan-Pèire

    Une histoire émouvante et captivante ! j’aurais bien aimé le connaître ! Maatoé B.

    repondre message

  • RIBON-RIBANHA 18 de mars dau 2015 19:09, da Joan-Pèire

    Très bel article qui m’a appris beaucoup de choses que je ne connaissais pas à propos de pépé Verra. Ludvic B.

    repondre message

  • RIBON-RIBANHA 18 de mars dau 2015 11:10, da Joan-Pèire

    M’as mes lei lagremas au bòrd deis uelhs... Ton papet sembla tant ai mieus! Italians, correzians, gavòts de Provença n-auta, avián totei lei memeis istòrias, despartida, trabalh e pena, sofrança e bonurs simples, mai tant esperats que ne’n venián immenses...
    Contunha, Joan-Pèire, vòli saupre la seguida..... Magalí B.

    repondre message

    • RIBON-RIBANHA 18 de mars dau 2015 15:47, da Joan-Pèire

      Parsé sabia faire tot, teisser de lançòus, faire de cauçetas, bastir un ostau, governar de bèstias, antar lu aubres... ai totplen emparat da eu e li devi totplen. Coma lo diguèri a Anna-Maria M. proverai d’escriure un pauc mai sus d’eu dau temps dei vacanças d’estiu.

      repondre message

  • RIBON-RIBANHA 18 de mars dau 2015 10:01, da Joan-Pèire

    Mi siáu plasut de legir lo tieu tèxte esmoguent, que parles embé gaubi e tendressa dau tieu gran. Quora ti metes a pensar a de sovenirs de l’enfança, tires un tòc de fiu, e la pelòta pòu pus s’arrestar de si debanar ; siáu segur qu’una milanta de moments dau passat fan una partida bèla de la riquessa de l’òme d’ancuei, e es una obra benfaguenta de lu despartir. Joan-Pèire SPIES

    repondre message

  • RIBON-RIBANHA 18 de mars dau 2015 09:04, da Joan-Pèire

    Una bèla persona pròpi Li deuriatz dedicar dau bòn un libre (ò una novèla per lu Amics de Mesclum ?) Anne-Marie M.

    repondre message

    • RIBON-RIBANHA 18 de mars dau 2015 09:06, da Joan-Pèire

      L’idea d’escriure sus mon paigran quauqua ren de mai lòng mi tafura... Bessai dau temps dei vacanças d’estiu en lo sieu vilatge. Perqué pas !

      repondre message

  • RIBON-RIBANHA 18 de mars dau 2015 08:11, da Joan-Pèire

    Très belle histoire de la vie de tonton prit! Merci cousin. Marie Christine G.

    repondre message

Respoandre à-n-aquel article

SPIP | esqueleta | | Plan dau sit | Seguir la vida dau sit RSS 2.0 | {#ENV{label}}