Institut d’Estudis Occitans 06
Acuèlh dau sit > Niçard > Li nòvas > Dau País Niçard > Quora despareissèron lu colombs.

Kun kyyhkyset katosivat.

Quora despareissèron lu colombs.

le dernier roman de Sofi Oksanen

diluns 8 d’abriu dau 2013, da Joan-Pèire

L’évènement est d’importance. Sofi OKSANEN sera présente à Nice le jeudi 2 Mai 2013 pour la présentation de son dernier roman : Kun kyyhkyset katosivat.

"Quora despareissèron lu colombs".

La traduction occitane-niçoise a été confiée à Sébastien CAGNOLI et à Miquèl de CARABATTA, qui ont travaillé directement à partir du finnois. L’ouvrage sera présenté au public et à la presse avant la traduction française qui aura lieu à Paris le 15 mai.

L’éditeur, l’IEO-PACA (CREO-Provence), sera représenté par Glaudi Juniot (président) et Joan-Pèire BAQUIÉ (vice-président).

Nous vous convions à venir très nombreux à Nice le jeudi 2 mai à 18 h (ou même un peu avant), à la librairie Jean Jaurès afin d’échanger avec Sofi OKSANEN, qui nous fait l’honneur d’une visite depuis la Finlande, à la rencontre de ses lecteurs.

Soyez donc présents pour ce qui représente à nos yeux un évènement culturel littéraire majeur pour l’occitan.

Un grand merci à Ben qui nous a aidés pour la couverture du livre.

À l’occasion de cette parution et de la sortie en poche de "Les Vaches de Staline", Sofi Oksanen sera de passage à Nice pour rencontrer ses lecteurs.

Sofi Oksanen

Née en Finlande en 1977, d’une mère estonienne et d’un père finlandais, Sofi Oksanen est devenue en quelques années une figure incontournable des lettres finlandaises. Distinguée dans son pays par les prix littéraires les plus prestigieux, et à l’étranger par des distinctions telles que le Prix littéraire du Conseil nordique, elle a été particulièrement remarquée en France à la sortie de "Purge", qui lui a valu aussitôt le Prix Femina étranger et le Prix du roman Fnac.

L’auteur présente "Quand les colombes disparurent" comme le troisième volet d’une tétralogie romanesque consacrée à l’histoire de l’Estonie au XXe siècle. Par ailleurs, Sofi Oksanen a écrit aussi un petit roman intitulé "Baby Jane".

Sofi Oksanen à Nice jeudi 2 mai 2013

- Conférence de presse

- Excursion sur l’Authion

- Rencontres

à 14 h, au lycée Calmette : rencontre réservée aux élèves du lycée

à 16 h, à la bibliothèque Louis Nucéra : entrée libre

à 18 h, à la librairie Jean Jaurès, (2 rue Centrale - boulevard Jean Jaurès 06000 Nice Tel : 04 93 85 61 27) rencontre avec Sofi Oksanen, en présence de Sébastien Cagnoli et Miquèl de Carabatta (traducteurs), Glaudi Juniot et Joan-Pèire Baquié (éditeurs)

Contexte en librairie

– 15 avril : parution des Vaches de Staline au Livre de Poche

2 mai : parution de Quora despareissèron lu colombs (IEO PACA) 390 pages 17€.

– 15 mai : parution de Quand les colombes disparurent (Stock)
Pendant ce temps, en Finlande…

Les romans de Sofi Oksanen se sont déjà vendus à plus d’un million et demi d’exemplaires, dans un pays de 5 millions d’habitants.

La pièce Quand les colombes disparurent, que l’auteur vient de tirer de son roman, est programmée au Théâtre national de Finlande (création en novembre 2013).

" A la promiera demanda que nen fan la gent, « Mas perqué tradurre Kun kyyhkyset katosivat en occitan ? », la repòsta es : « Perqué es tant legítimo coma de lo tradurre en englés, ò en italian ». De fach – e maugrat que lo nòstre relarg lingüistic sigue mai pichin – tota lenga umana pòu exprimar l’experiença e lu sentiments umans, finda un dialècte extrème-oriental de l’occitan coma lo niçard !

En tant, e despí de sècolos, la letteratura occitana a esporjut d’òbras qu’an influit lu escrivans dau monde univèrs, ben en delà de l’iera dau parlar d’òc. Cadun capisse ben pura, que se aquela demanda n’es estada facha, es a rapòrt a la question dei lengas minoritari ò minoradi.

En aquel encastre, se l’occitan a jamai quitat d’èstre lo mejan de creacion de pron d’escrivans – e dei grans – la dubertura de la nòstra literatura a la produccion forestiera, ai vents luenchs, es una necessitat vitala. Fa la mòstra d’una cultura que non s’embarra en una contemplacion centripeta.

La creacion e la traduccion serian ensinda li doi cambas d’una lenga d’òc druda en lo mond contemporan.

Lu ligams tra li culturas baltiqui e occitani, niçarda en particulier, son mai numerós que un lo porria creire. Li istòrias son aqueli dei pichini e « derisòri Pàtrias », fachi de conquistas, de dominacions, de cambiaments de sobeiranetats, de revés, mas tanben de resistenças. Ensin lu Fraires de la forèst mentan lu Barbets niçards, resistents ò maufatans, sagatats dai sieus nemics, tradits dai sieus compatriòtas, tralaissats dai sieus caps e denembrats de toi… Per cen qu’es de la lenga dei país baltics, coma la nòstra, es estada « mespresada », esquiçada tanben tra de nacions tròup potenti per la pilhar sus lo seri.

L’òbra de Sofi Oksanen nen parla au còr perqué es prefondament umana, perqué partissèm l’experiença dei sieus personatges tot au còup tant frales e tant sòdos e que, tra elu, capissèm un pauc cen qu’an poscut viure lu nòstres vièlhs, qu’esfloram tanben un questionament sus la fòrça de la nòstra consciença, dei nòstri conviccions. Per tant, minga liçon es donada. Sofi non fa lo retrach dau ben ò dau mau, nen fa ressentir l’ànima umana davant dau sieu destin.

L’interés de Sofi Oksanen per la diversitat culturala s’es manifestada embé fòga, sus lo còup que Sebastien Cagnoli, lo sieu traductor francés, li a fach la propòsta d’una revirada traduccion occitana-niçarda. Lo travalh s’es lèu organizsat embé Miquèl de Carabatta qu’a usat d’una matèria bruta – la traduccion francesa en cors d’elaboracion – per alestir lo tèxto niçard, tot au còup pròche de l’originau finés e pron destacat de l’influença d’una promiera revirada. De fach, en aquela òbra duala, lo francés es estat un interfaça mai qu’un escalon per l’espeliment dau tèxto occitan. La referença a l’originau a sempre permés de tenir lo « pantais niçard » liure e fedèl ai sentiments, a la prosodia, ai tòcas de l’autor.

Calia, fin finala, faire de chausidas grafiqui e lexicali que respectèsson tant l’especificitat niçarda coma la necessitat de tocar un lectorat tant larg que si pòu. Pensam d’aver tengut l’escomessa gaug a l’expertisa de Joan-Pèire Baquié e de l’IEO-PACA (CREO-Provença).

Tornèsson doncas, lu Colombs, a Tàllinn e en autres luecs !

Lu traductors."

Da legir tanben : http://ieo06.free.fr/spip.php?article2473

http://parmakoma.joueb.com/news/quora-despareisseron-lu-colombs

http://www.aquodaqui.info/Quand-Sofi-Oksanen-ajuda-lei-colombas-a-crainar-en-nicard_a303.html

Photo de Sofi Oksanen par Toni Härkönen

Respoandre à-n-aquel article

SPIP | esqueleta | | Plan dau sit | Seguir la vida dau sit RSS 2.0 | {#ENV{label}}