Institut d’Estudis Occitans 06
Acuèlh dau sit > Niçard > Patrimòni > Maurís : Camin de vida

Maurís : Camin de vida

Disque 1 : chansons 1 à 14

diluns 20 de junh dau 2011, da Joan-Pèire

Maurís auguèt quauqu temps fa la pròpi bòna idea de recampar sus 2 CD, 3 dei sieus 33 giros sota lo bèu nom de "Camin de vida". Demandèt tanben a l’IEO-06 de publicar sus lo malhum lu tèxtos dei cançons sieui en occitan-niçard embé la traduccion francea. Per nautres es estat un plasir e un onor de respòndre en aquesta chamada. Ancuei vos presentam lu tèxtos dei 14 premieri cançons que correspòndon au 33 giros "Mauris, viure drech". Aquelu que faguèron soscripcion per "Camin de vida" reçaupràn lu 2 CD d’aquí gaire.

1- MALANCONICA MARTA - 2.28 – Jean-Luc SAUVAIGO

Es pas pus un matin
Coma aquelu matins
Que s’enganan dedins
Dedins la nòstra pega
 
Es pas mai un enfant
Una filha, un can
Canta lo sieu malan
Dins la pluèia si nega
 
Nira, Nira, Malanconica Marta
 
Es un pauc un matin quora li siam pichins
Qu’a pas gaire de fin
Quora lo còr martela
 
Frema, luna, sorgent
Passa, passa lo temps
Dins la nuech Sant’ Estèla
 
Es un matin bensai
E tra lo « Window Pan »
Escorre la sieu rai
La fèbre es montada
 
Lo poèma acabat
Dei dets a tocat
Lu sieus pos totplen cauds
La sieu cara clinada
 
E dins lo calabrun
Coma d’un biais comun
An entressat lo fum
Dau darrier cigarèta
 
An begut sus lo còup
Lo gaudi e la paur
An begut sus lo còup
La sieu mòrt, la sieu fèsta
 
MELANCOLIQUE MARTA
 
Ce n’est pas un matin
Comme ces matins
Qui se perdent
Dans notre poisse
 
Ce n’est pas un enfant
Une fille, un chien
Elle chante on angoisse
Dans la pluie elle se noie
 
Puce, Puce, Mélancolique Marta
 
C’est un peu un matin
Quand on est petit
Qui n’a guère de fin
Quand le cœur martèle
 
Femme, lune, source
Passe, passe le temps
Le vagabond arrive
Dans la nuit Saint-Estelle
 
C’est un matin peut-être
Et à travers le « Window Pane »
S’écoule son ruisseau
La fièvre est montée
 
Le poème achevé
Des doigts il a touché
Ses tempes trop chaudes
Son visage incliné
 
Et dans le crépuscule
Comme un désir commun
Ils ont tissé la fumée
De la dernière cigarette
 
Ils ont bu sur le champ
La joie et la peur
Ils ont bu sur le moment
Leur mort et leur fête

2- Cala la pluèia – 2.14 – Pelhon – « Mauris - Maurice Sgaravizzi »

Cala la pluèia
Pareisse que darrier lo barri
L’i es bessai la mar
Cala la pluèia
Cala sus nòstra vida
E lu sòmis maravilhós
 
Mas ieu, enfant pichonet
Vòli viure vòli viure,
Mas ieu, enfant pichonet
Vòli estar drech
 
Cala la pluèia
Darrier lo fieu-fèrre pareisse
Que l’i es un pauc de rire
Cala la pluèia
Cala sus nòstra tèrra
Cada jorn es carneval
 
Cala la pluèia
Pichona ti siás enanada
Sensa ren dire
Cala la pluèia
Cala sus lo mieu morre
Solet sota la pluèia
 
Mas ieu, enfant pichonet
Vòli viure, vòli viure
Mas ieu enfant pichonet
Vòli estar drech
 
Cala la pluèia
 
TOMBE LA PLUIE
 
Tombe la pluie
Il paraît que derrière le mur
Il y a encore la mer
Tombe la pluie
Tombe sur notre vie
Et les rêves merveilleux
 
Mais moi, petit enfant
Je veux vivre, je veux vivre
Mais moi, petit enfant
Je veux rester debout
 
Tombe la pluie
Il paraît que derrière le fil de fer
Il y a un peu de rire
Tombe la pluie
Tombe sur notre terre
Chaque jour c’est carnaval
 
Tombe la pluie
Petite tu es partie
Sans rien dire
Tombe la pluie
Tombe sur mon visage
Seul sous la pluie

3 - MARGARIDA – 2 .16 – Alain PEGLION « PELHON » –
MAURICE SGARAVIZZI « MAURIS »

Quora ti senties solet
Coma l’esparvier sus la còla
Quora la fatiga amolonada
Ti pegava sus lo sòl
Si faía pas pregar per si corcar
La Margarida coma la sonavan
 
Alora, lei nèblas s’escapavan
Dins lei sieus uelhs, lo monde èra bèl
Alora, parties per lo pus bèl viatge
Sus de camins cuberts de jas
 
Li cuntaves la tieu misèria
Lei tieus jorns de solelh escondut
Li cuntaves tot cen que ginginava
Dins la tieu tèsta
E que degun a vòrgut audir
 
Margarida ti donava de coratge
Soleta sabia
Aquelei mòts
Que t’escaufan lo còr
La Margarida coma la sonavan
E que jamai oblideràs
 
Alora lei neblas s’escapavan
Dins lei sieus uelhs lo monde èra bèl
Alora parties per lo pus bèl viatge
Sus de camins cuberts de jas
 
MARGUERITE – PELHON –MAURIS –
 
Marguerite quand tu te sentais seul
Comme l’épervier sur la montagne
Quand la fatigue accumulée
Te collait au sol
Elle ne se faisait pas prier pour se coucher
La Marguerite comme on l’appelait
 
Alors les nuages se dissipaient
Dans ses yeux le monde était beau
Alors tu partais pour le plus beau voyage
Sur des chemins couverts de foin coupé
 
Tu lui racontais ta misère
Tes jours de soleil caché
Tu lui racontais tout ce qui s’entrechoquait
Dans ta tête
Et que personne n’a jamais voulu entendre
 
Marguerite te donnait du courage
Elle seule avait ces mots
Qui vous réchauffe le cœur
La Marguerite comme on l’appelait
Et que jamais tu n’oublieras

4 - LA CAMPANA ROTA - 3.25 - J .L . SAUVAIGO –
MAURIS - Maurice Sgaravizzi

Quant de temps es passat
Quantu trins son partits
Siam totjorn assetats
Ti vòli mai aquí
Cada còup si diem
Aqueu es lo darrier
Asperam lo que ven
Mas s’endraia solet
 
Li vau balin-balan
Tra d’aquelu lorditges
E mi negui plan-plan
Dins la mieu folia
 
Ai barrat la pòrta
E lo mieu còr tanben
La mieu rason es mòrta
Aquò mi fa de ben
Tant de temps ai negat toi lu mieus desideris
Aura ai decidat de faire un pauc l’arleri
 
Siáu partit dins lo sera
Ai laissat lo vilatge
E lo mieu « trip » si serra
Per aqueu darrier viatge
cen que serà la vida
m’en bati la cançon
Que ti canti s’es poirida
Dins lo darrier vagon
 
Lu raias son polits
L’i van tra la mieu nuech
Ben drech a l’infinit
Enclavan lo mieu piech
Escotatz bravi gents
Es la cançon d’un garri
Qu’a la fora totplen
D’emparar lo judici
 
LA CLOCHE CASSEE
 
Combien de temps est passé
Combien de train sont partis
Nous sommes toujours assis
Je te veux encore près de moi
Chaque fois on se dit
Celui-là c’est le dernier
On attend le suivant
Mais il part tout seul
 
J’y vais cahin-caha
Aux travers de ces vertiges
Et je me noie doucement
Dans ma folie
J’ai fermé ma porte
Et mon cœur aussi
Ma raison est morte
Ça me fait du bien
J’ai noyé si souvent
Tous mes désirs
Maintenant j’ai décidé
De faire un peu l’imbécile
Je suis parti dans le soir
J’ai laissé le village
Et mon « trip » se ferme
Pour ce dernier voyage
De ce que sera la vie
Je m’en fous. La chanson
Que je te chante
S’est pourrie dans le dernier wagon
Les rayons sont beaux
Ils sont à travers ma nuit
Bien droits, à l’infini
Ils enserrent ma poitrine
Ecoutez braves gens
C’est la chanson d’un rat qui en a vraiment marre
D’apprendre à raisonner

5 - VILATGE - 3.04 – PELHON – MAURIS

L’i son tres òmes au vilatge
Quauqui vielhs e un molon de cans
Lo vent subla per carrieras
Es solet a sublar la cançon
Plus degun, plus degun lo sera
Per desgrunar en blagant lu faiòus
Plus degun, plus degun au cèrcolo
Per faire un vito e si beure de vin caud
 
Es lo festin au vilatge
Lo deputat fa lo sieu discors
Es lo festin au vilatge
‘mé lo vin lo prieu repilha de colors
 
Fa dètz ans que si distilla plus la raca
N’i a encara que fan un pauc de vin
Li olivas si perdan en li faissas
Totara plourà dins cada maion
Li baranhas jamai son estachi tant bèli
Da Cristini si tuan plus lu pòrcs
D’amont dins lo cloquier ventós
Lo vielh Toana solet per sonar terinhon
 
Es lo festin au vilatge
Lo deputat fa lo sieu discors
Es lo festin au vilatge
‘mé lo vin lo prieu repilha de colors
 
Lu joves son partits per la vila
Lo vilatge pauc a pauc s’es endurmit
Lu joves son partits per la vila
Un darrier l’autre lu vilatges
Van toi morir
 
VILLAGE
 
Il y a trois hommes au village
Quelques vieillards et beaucoup de chiens
Le vent siffle dans les rues
Mais il est tout seul pour siffler la chanson
 
C’est la fête au village
Le député fait son discours
C’est la fête au village
Avec le vin le curé reprend des couleurs
Plus personne, plus personne le soir
Pour écosser en blaguant les haricots
Plus personne, plus personne au Cercle
Pour jouer au « vito » et boire du vin chaud
 
Voilà dix ans qu’on distille plus le marc
Quelques-uns font encore un peu de vin
Les olives se perdent dans les restanques
Bientôt il pleuvra dans toutes les maisons
 
Les ronces n’ont jamais été aussi belles
Chez « Cristini » on ne tue plus les cochons
Là-haut dans le clocher venteux
Le vieil Antoine est tout seul pour sonner les cloches
Les jeunes sont partis à la ville
Le village peu à peu s’est endormi
Les jeunes sont partis à la ville
Un après l’autre les villages vont tous mourir

6 - CAURIA - 2.23 - Paraulas : Alan Pelhon
Musica : « Mauris « Maurice Sgaravizzi »

Cauria que vos diguèssi
Bèu soleu qu’escaufa la pèu
Cauria que vos diguèssi
Èrba verda per li feas ò li vacas
Cauria que vos diguèssi
Mar, coma un sucre dins una bòla
Cauria que vos diguèssi
Ària dins lo piech
Bòna ària dei matins sensa nèbla
Frema, vin novèu
Òli sul tomati
 
Cauria, ‘mé de mèu sota la lenga
E de galòfres dins lu uelhs
País, mon País batetjat de sudor
Ti teni companhia
País pintat de matins rogissents
T’esquici per ne’n beure encar’ un pauc
E ieu m’en vau en tu
Que vòles pas crepar
E ieu me’n vau en tu
Descolorit, desganguilat
 
E tu, a la crotz d’un camin ventós
Sònes una frema per ti levar lo frei
Sònes dins la nuech ti sente un ganavèu
E li estèlas espaventadi
S’escapan en faguent de lume
Sus l’esquina giboa dau temps
 
Cauria ‘mé de mèu sota la lenga
E de galòfres dins lu uelhs,
País mon País batejat de sudor
Ti teni companhia
País pintat de matins rogissents
T’esquici per ne’n beure encar’ un pauc
E ieu m’en vau en tu
Que vòles pas crepar
E ieu m’en vau en tu
Descolorit, desganguilat
 
IL FAUDRAIT
 
Il faudrait que je vous dise
Beau soleil qui réchauffe la peau
Il faudrait que je vous dise
Herbe verte pour les moutons et les vaches
Il faudrait que je vous dise
Mer, comme un sucre dans un bol
Il faudrait que je vous dise
Air dans la poitrine
Bon air des matins sans nuages
Femme
Vin nouveau
Huile sur la tomate
Il faudrait
Avec du miel sous la langue
Et des œillets dans le regard
Pays, mon pays baptisé de sueur
Je te tiens compagnie
Pays de matins rougissants
Je te presse pour en boire encore un peu
Et moi je m’en vais en toi
Qui refuse de mourir
Et moi je m’en vais en toi
Pâle
Déglingué
Et toi à la croix d’un chemin venteux
Tu appelles une femme pour te réchauffer
Tu appelles
Dans la nuit t’entends un chat-huant
Et les étoiles épouvantées
S’enfuient dans une traînée de lumière
Sur le dos voûté du temps

7 - LUNS, FUM - 2 .12 -Tradicional – adobaùent - MAURIS -

Siam calats a la chapa
Diluns
Per vendre garbin, nèblas e fum
 
Dont v’enanatz filheta
Dont v’enanatz que plòu
 
Alestir carnsalada
Dimarç
Venderem toi lu trules ‘m’au lard
 
Anerem a la caça
Dimècres
Cantar lo « te deum » d’una lèbre
 
Serem toi a la fiera
Dijòus
Paigran menerà vendre lo bòu
 
Farem cramar li feuses
Divendres
Per faire la bugada ‘m’ai cendres
 
Per vos pòrger la frucha
Dissabta
Si cromprerem la pus bèla jata
 
LUNDI/FUMEE
 
Nous sommes allés à la « chapa » (1)
lundi
pour vendre brouillard, nuages et fumée
 
où allez-vous fillette
où allez-vous il pleut ?
 
préparer la charcuterie
mardi
nous vendrons tous les boudins au lard
 
nous irons à la chasse
mercredi
chanter le « te deum » d’un lièvre
 
nous serons tous à la foire
jeudi
grand-père ira vendre le bœuf
 
nous brûlerons les fougères
vendredi
et ferons la lessive avec les cendres
 
pour vous offrir les fruits
samedi
nous achèterons le plus joli plat

8 - PAISANS DAU VAR - 2.25 - PELHON – MAURIS
Maurice Sgaravizzi

Dapertot lo vos dion
Dapertot es escrich
Aquí fa bòn si far secar sota soleu
Mas tu paisan, es sus la tèrra
Que ganhes cada jorn lo tieu pan
Dau matin au sera vas e venes dins lo camp
En aquela comba que ti ve travalhar
As totjorn l’esquina plegada
As totjorn emparat a sudar
 
Mas lu paisans n’an una fora
Levan lo ponh per cridar
Mas lu paisans n’an una fora
Levan lo ponh per picar
 
Si son mes en tèsta de ti faire partir
Si son mes en tèsta de t’expropriar
Mas tu paisan es sus la tèrra
Que ganhes cada jorn lo tieu pan
Pareisse que la Z.A.D. aquí va s’arecampar
Segur que ‘mé la Z.A.D. ti vòlon colhonar
An decidat de ti faire partir
An decidat de ti levar lo pan
 
Monsurs lu financiers, Monsurs lu banquiers
Monsurs lu promotors, especulators
Se venètz per pilhar la tèrra
Se venètz per raubar lu camps
Fètz la mala, fètz la mala
D’aquí jamai partirem, fètz la mala
Fètz la mala ò siam nautres que vos caçerem
Garderem la nòstra tèrra
Garderem la comba de Var
 
PAYSANS DU VAR
 
Partout on vous le dit
C’est écrit partout
Ici il fait bon se faire sécher sous le soleil
Mais toi paysan, c’est sur la terre
Que tu gagnes chaque jour ton pain
Du matin au soir tu vas et viens dans ton champ
Dans cette vallée qui te voit travailler
Tu as toujours le dos courbé
Tu as toujours appris à suer
 
Mais les paysans en ont marre
Ils lèvent le poing pour crier
Mais les paysans en ont marre
Ils lèvent le poing pour frapper
Ils ont décidé de te faire partir
Ils ont décidé de t’exproprier
Mais toi paysan c’est sur la terre
Que tu gagnes chaque jour ton pain
On dit que la Z .A .D . (1) ici va se ramener
Sûrement qu’avec la Z .A .D. on veut te « couillonner »
Ils ont décidé de te faire partir
Ils ont décidé de t’enlever le pain
 
Messieurs les Financiers, Messieurs les banquiers
Messieurs les promoteurs, spéculateur
Si vous venez pour prendre la terre
Si vous venez pour voler les champs
Foutez le camp ; foutez le camp
Nous ne partirons jamais d’ici
Foutez le camp oui bien c’est nous qui vous chasserons
Nous garderons notre terre
Nous garderons la vallée du Var

(1) Z .A .D. Zone d’aménagement différé

9 - E LO JORN VENDRÀ – 1.45 - J.L. SAUVAGO – MAURIS-

E lo jorn vendrà
Que careçerà
L’espera dei mieus uelhs
E lo jorn vendrà
Que vendrà tanben
E lo jorn vendrà
E seràs mai liura
Que lo maça-flic
Dau roge mes de mai
E seràs mai liura
Que li gabianòlas
Dau vent terrador
 
Canteràs mai luenh
Que la lònga votz
Dei vielhs trobadors
Canteràs mai luenh
Canteràs tanben
Reinat Char e Ritsous
L’Euskadi de deman
Lu fraires Catalans
L’Euskadi de deman
Lu poètas embarats
Auràs pus vergonha
De parlar Occitan
 
Bensai qu’un endeman
Borrèus s’escaperàn
Per la si faire bòna
Borrèus s’escaperàn
Per la si faire bòna
Embé lo soleu
Un jorn vendràs tanben
Escriure sus lo barri dau mieu
« Drech de viure »
 
ET LE JOUR VIENDRA
 
Et le jour viendra
Qui caressera
L’attente de mes yeux
Et le jour viendra
Où toi aussi tu viendras
Et le jour viendra
Et tu seras plus libre
Que « les pavés »
Du rouge mois de mai
Et tu seras plus libre
Que les mouettes
Du vent de terre
Tu chanteras plus loin
Que la grande voix
Des vieux troubadours
Tu chanteras plus loin
Tu chanteras aussi
René Char et Ritsous
L’Euskadi de demain
Les frères Catalans
L’Euskadi de demain
Les poètes enfermés
Et tu n’auras plus honte de parler l’Occitan
Peut-être qu’un lendemain
Les bourreaux s’échapperont
Se baigner de lumière
Les bourreaux s’échapperont
Pour se réjouir de soleil
Un jour viendra aussi
Où je pourrai écrire sur les murs
Mon droit de vivre

10 - VENE AQUÍ – 1.58 – PELHON – MAURIS –

Vene aquí se lo tròn t’espaventa
Vene aquí se tremòles ‘mé la raissa
Vene aquí s’as perdut lo rire
Vene aquí, pichona, vene aquí
 
E se lo cèu s’encala
Se lo bòsc peta dins la nuech
Se la mar si pinta de roge
Se lo fais cada jorn es peant
 
Vene aquí pichona ti batejerai esta nuech
Sus li còlas naisson de perlas de soleu
Mete la tieu pèu subre la mieua
Vene aquí, …
 
E se lu cans bauban per carriera
Se li marridi lengas pastrolhan au soleu
Se la puada es tròup dura
Se darrier lo cementeri audes lo ganavèu
 
Vene aquí li estèlas si meton a balar
Lo nòstre cant monta dins la nuech
Vene aquí, vene aquí ma doça
Li aranhas si son estofadi
 
VIENS ICI
 
Viens ici si le tonnerre t’épouvante
Viens ici si tu trembles sous l’averse
Viens ici si tu as perdu le rire
Et si le ciel s’écroule
Si le bois craque dans la nuit
Si la mer se teinte de rouge
Si le fagot de tous les jours te pèse
Viens ici, je te baptiserai cette nuit
Au-dessus des montagnes sont nées des perles de soleil
Mets ta peau contre la mienne
Et si les chiens aboient dans la rue
Si les mauvaises langues médisent dehors
Si la côte est trop raide
Si derrière le cimetière tu entends le chat-huant
Viens ici les étoiles se sont mise à danser
Notre chant monte dans la nuit
Viens ici, viens ici ma douce
Les araignées se sont étouffées

11 - SIÁU VIU - 2.03 - PELHON - MAURIS -

Siáu viu
Emé lei mieu mans que bolegan tròup
Lo mieu morre descolorit
Li mieus artelhs de travèrs
Siáu viu
E se tremòli en camin
Se vos cuenti d’estrabòts
Siáu viu
 
Viu per beure un còup
Ti parlar
Ò mi corcar sus la tèrra
Viu per sentir l’esquiròtol
Mi roiar lo fetge
Viu per mi faire una fora de castanhas
Viu per lecar la tieu pèl
Passejar la mieu lenga
Subre la tieu esquina
Siáu viu
 
Siáu viu
Pòdes m’asperar al canton del cementeri
Pintar de negre lo jorn que ven
Siáu viu
E se mi fau una fora de rire
Esclapi lo solelh
 
JE SUIS VIVANT
 
Je suis vivant
Avec mes mains qui remuent trop
Mes orteils de travers
Je suis vivant
Et si je tremble en route
Si je vous raconte des mensonges
Je suis vivant
Vivant pour boire un coup
Te parler
Ou me coucher sur la terre
Vivant pour sentir l’écureuil
Me ronger le foie
Vivant pour me gaver de châtaignes
Vivant pour lécher ta peau
Promener ma langue
Sur ton dos
Je suis vivant tu peux m’attendre au coin du cimetière
Je suis vivant
Et quand je ris
Je fais éclater le soleil

12 - DUERME EMÉ IEU – 2.08 – PELHON – Maurice SGARAVIZZI – « MAURIS »

Duerme emé ieu filheta
Derme emé ieu dintre aqueu liech
Siás una musica tant doça
Siás un camp cubèrt de flors
Siás un rire que passeja
Quora a maion fa bòn èstre ensems
 
Lo vent dins li rores
Subla la sieu cançon
Vene emé ieu
Duerme emé ieu
 
Duerme emé ieu filheta
Li marridi bèstias si son escapadi
L’i es l’enfant que juega
L’i es l’enfant resplendissent
Siás lo fuec que escaufa
Siás la raïç que mi ten drech
 
Duerme emé ieu filheta
Duerme emé ieu, deman es luenh
Siam tu e ieu, lo relòri si ferma
Siam tu e ieu, deman es luenh
Duerme emé ieu filheta
Es doç lo gust dau vent
 
Lo vent dins li rores
Subla la sieu cançon
Vene emé ieu
Duerme emé ieu
 
DORS AVEC MOI
 
Dors avec moi fillette
Dans ce lit
Tu es une musique si douce
Tu es un champ
Couvert de fleurs
Tu es un rire qui se promène
Quand il fait bon être ensemble à la maison
 
Le vent dans les chênes
Siffle sa chanson
Viens avec moi, dors avec moi
Dors avec moi fillette
Les mauvaises bêtes se sont échappées
Il y a l’enfant qui joue
Il y a l’enfant resplendissant
Tu es le feu qui réchauffe
Tu es la racine qui me tient debout
 
Dors avec moi fillette
Dors avec moi demain est loin
Nous sommes tous les deux, l’horloge s’arrête
Nous sommes tous les deux, demain est loin
Il est doux le goût du vent

13 - PROSCRICH – 2.48 - JL Sauvaigo - Mauris -Maurice Sgaravizzi

Proscrich, mon fraire
Escota ton país
Escota la sieu votz
Bessai que deman
Vergonha serà beguda
Beguda e assurbida
Vergonha dau pòble
Après la conquista
 
Proscrich mon fraire
Escota ton país
Escota la sieu votz
Bessai que deman
Respòsta serà autra
Que mercé mon capelan
Mercé sénher banquier
Respòsta serà : lucha
 
Lo calen que crema
Desafoguerà pas li esperenças
Lo calen que crema
Revilherà pas li sofrenças
 
Proscrich, mon fraire
Escota ton país
Escota la sieu votz
Bessai que deman
Li pèiras dei presons
Denembreràn que son
Estadi lu barris
Dont ientra pas lo lume
 
Proscrich mon fraire
Escota ton país
Escota la sieu votz
Bessai vòli dire bessai
Bessai que sèt sègles
Son manco pron
Per escotar la libertat
 
Proscrich mon fraire
Escota ton país
Escota la sieu votz
Escota lo sieu crid !
 
PROSCRIT
 
Proscrit mon frère
Ecoute ton pays
Ecoute sa voix
Peut-être que demain
La honte sera bue
Bue et ravalée
La honte du peuple
Après la conquête
Proscrit, mon frère
Ecoute ton pays
Ecoute sa voix
Peut-être que demain
La réponse sera autre
Que merci monsieur le curé
Que merci monsieur le banquier
La réponse sera : lutte
La lampe qui brûle
Ne trompera pas les espérances
La lampe qui brûle
Ne réveillera pas les souffrances
 
Proscrit, mon frère
Ecoute ton pays
Ecoute sa voix
Peut-être demain
Les pierres des prisons
Oublieront qu’elles ont été
Les murs ou n’entre pas la lumière
 
Proscrit, mon frère
Ecoute ton pays
Ecoute sa voix
Peut-être, je veux dire peut être
Peut-être que sept siècles
Ne sont pas suffisants
Pour étouffer la liberté
Proscrit, mon frère écoute ton pays
Ecoute sa voix
Ecoute son cri

14 - LO PASTRE JOAN PEPIN – 5.34 –
Jean Luc Sauvaigo – Maurice Sgaravizzi « Mauris »

Lo pastre Joan Pepin
Es mòrt esto matin
Tuat sus lo rocàs
A pilhat dins l’esquina
Un còup de carabina
Tirat per un porcàs
 
Basta, basta mas cu son lu enemics ?
 
Lu ricàs de París
E lu ricàs d’aquí
Que son toi lu memes cans
An decidat de faire
Un pròpi bòn afaire
Sus l’esquina dei paisans
 
L’i van faire un’estacion
D’esquilhada per colhons
Lu motons es acabat !
Mas lu pastres d’aquí
Per sauvar lo sieu país
S’acampan en sindicat
 
Basta, basta cau cercar lu nòstres amics
 
An decidat de metre
D’amont sus lo campèstre
Toti li feas ensems
E Pepin que pica fòrt
Es anat veire lu tòrts
Per nom dei bravis gents
 
E pi dins lo matin
An audit aqueu bosin
La justícia demòra muda !
Lo pastre Joan Pepin
Es mòrt esto matin
Mas la causa es pas perduda
 
Basta, basta mas cu son lu enemics ?
Basta, basta cau cercar lu nòstres amics
 
JOAN PEPIN LE BERGER
 
Qui sont nos ennemis ?
 
Joan Pepin le berger
Est mort ce matin
Tué sur le rocher
Il a reçu dans le dos
Un coup de carabine
Tiré par un porc
 
Assez, assez mais qui sont nos ennemis ?
 
Les gros porcs de Paris
Et ceux d’ici
Qui sont les mêmes chiens
Ont décidé de faire
Une excellente affaire
Sur le dos des paysans
Ils vont faire une station
De ski pour les riches
Les moutons c’est fini !
Mais les bergers d’ici
Pour sauver le pays
Se regroupent
 
Assez, assez il faut chercher nos amis !
 
Ils ont décidé de mettre là-haut dans les champs
Toutes les brebis ensemble
Et Pepin qui frappe fort
Est allé voir les tordus
Au nom des braves gens
Et puis dans le matin on a entendu ce bruit
La « justice » reste muette
Joan Pepin le berger
Est mort ce matin
Mais la cause n’est pas perdue

Nous publierons d’ici peu la suite des chansons du CD 1, il vous suffira de cliquer sur l’image ci-dessous :

3 Messatges

  • Maurís : Camin de vida 22 d’avost dau 2011 11:36, da Reinat

    Avia finda lo projècte de faire un CD embé li cançons dau 45t ("Barbets", "Ai frèi"...) e toti li cançons que cantava dins lu espectacles e qu’avia jamai publicat dins un disc ("Aspèri lo tren", etc.). La question es de saupre se li a d’enregistraments d’aquelu tròç... (per "Pantaiaves", per exemple, m’avia fach especialament un enregistrament solet mé la sieu guitarra, que mi faía mestier per la declaracion à la SACEM).

    repondre message

  • Maurís : Camin de vida 20 de junh dau 2011 21:48, da Anna-Maria

    Eran d’annadas que l’asperavam esto CD : que bonur ! Quant d’emocion en tornant descurbir l’extraordinari messatge d’amor, d’umanitat e de justicia contengut en aqueli cançons. Son elu, Pelhon, Maurís e Sauvaigo,que n’emparèron a Viure Drech enfin, en defendent la nòstra curtura e en s’afermant fierament occitans.

    repondre message

  • Maurís : Camin de vida 20 de junh dau 2011 11:43, da Fabrici

    Bònjorn,
    propi una bòna idea qu’a augut Maurís, vòli dire la placa qu’a augut dins la lucha per gardar la lenga viua.
    Se pòdes portar de CD per la festa dau 23 de mai, ne’n cromperai un.
    viva

    repondre message

Respoandre à-n-aquel article

SPIP | esqueleta | | Plan dau sit | Seguir la vida dau sit RSS 2.0 | {#ENV{label}}