Institut d’Estudis Occitans 06
Acuèlh dau sit > Français > Patrimoine > LE ROURET (BERGIER)

LE ROURET (BERGIER)

Résultats de l’enquête toponymique 5

dimars 29 de mars dau 2011, da Joan-Pèire

Pour lire la première partie de l’article :http://ieo06.free.fr/spip.php?article2053 pour la deuxième partie c’est ici pour la troisième partie c’est ici et pour la quatrième partie c’est .

LE ROURET- BERGIER

La voie romaine (La via romana)

Les Romains créèrent 150 000 kilomètres de voies romaines afin de parcourir plus rapidement leur empire. Elles reliaient entre elles les cités avec les centres de décision politiques ou économiques. Elles permettaient également des transferts prompts des troupes.

Le Sublier (Lo Sublier)

Sublier : Variante de « siblier », abée, prise d’eau d’un canal. Dans la technologie des moulins à eau, l’abée désigne à la fois l’ouverture par laquelle l’eau s’écoule sur la roue du moulin, mais aussi le canal de dérivation emprunté par l’eau lorsque le moulin ne fonctionne pas.

Rue du Sublier (Levens 06), Quartier « Le Sublié » à Eze (06)

Sublier (Abée) envahit par la végétation

Font Bassac (Fònt Bassac)

Fònt : du latin fons, fontis, signifiant tout à la fois : fontaine, eau jaillissante, eau vive, source.

Bassac : du latin bassacum, signifie domaine appartenant peut-être à un homme ayant pour patronyme « Bassius ou Baccius » ; en ancien provençal bassac.

Toponyme Bassac (Dordogne) et patronyme provençal.

Jean-Claude CANALE, un de nos informateurs, nous rappelle, d’un air amusé, un bel exemple de totale déformation orthographique puisque la plaque du pylone électrique, en face du bassin, portait l’inscription : Fontaine de Pompe Sac !

Ancienne Mairie (Anciana comuna de Roret Vielh)

Chemin de l’Hubac (Camin de l’Ubac)

Ubac : du bas latin ubacum, latin opacum (obscur, sombre). Ce mot occitan du XVème siècle fut emprunté par les géographes français au XIXème siècle pour indiquer un lieu exposé au nord, par opposition à l’adret (l’adrech ) C’est la partie d’une vallée qui est le plus longtemps à l’ombre, le versant septentrional d’une montagne.
Ici le chemin est orienté au nord-ouest vers Pré du Lac.

Proverbe provençal : Lausa l’ubac, tèn-te a l’adrech. Fais des louanges a l’ubac, mais reste (habite) à l’adret

Ubac, Hubac, Ubassy, Lubac, Delubac, sont des noms de familles provençaux.

Le Rabeiran (Lo Rabeiran)

Etymologie : grand ravin. Le B et V, entre voyelles, ont des prononciations semblables cf. le languedocien ou l’espagnol. Le suffixe –an est un augmentatif.

Lo rabeiran

Quartier de Clamarquier (Quartier Plan Marquier)

Selon Lucien AUNE (op. cité) Clamarquier serait la corruption de Plan Marquier : Marquier étant un nom de famille originaire du sud-est de la France (racine marca : marque)

étym. Clam = même racine que Calm par métathèse, plateau

Les Combes ( Lei Combas)

comba < cumba, du gaulois latinisé : vallée, dépression ou doline dans un relief, c’est le cas ici.

Le Clos d’Agasse (Lo Claus d’Agaça)

L’agaça en provençal signifie la pie. On donnait jadis ce surnom à une personne querelleuse ou qui parlait beaucoup. Le Clos d’Agasse pourrait être le lieu qui appartenait à cette famille et non pas le lieu où vivraient des pies !

Agasse et Ayasse sont des patronymes provençaux.

Les Moulins (Lei Molins)

La Taulisse (La Taulissa)

Suite du plateau en pente douce comme une table (taula) ou zone argileuse où l’on fabriquait les tuiles (tèulas ). Ancien camp retranché démoli

Les Trucs (Lei Trucs)

truc : racine pré latine ayant pour signification grosse pierre, butte, voire colline.

Hauteur, éminence : Lozère, Ardèche, Aveyron

Les Moutons (Lei Motons)

étym. possible Les Moutons (Motons) au sens de petites motas = tertres, buttes

Les Poulinières (Lei Polinieras)

Le toponyme semble récent, selon Jean-Claude CANALE, on y élevait autrefois de juments.

Les Serres (Lei Sèrras)

Serre vient de l’ancien provençal serra (bas latin serrum) : épaulement sur un relief.

Il existe de nombreux toponymes portant ce nom sur tout le territoire de la langue d’oc avec aussi le sens de crête en dos d’âne, sommet allongé et parfois col ou pic.

Serre, La Serre, Lasserre, Deserre sont des noms de familles méridionaux.

Ballaques ou Baillaques (Balhacas)

L’étymologie est obscure, peut-être anthroponyme de bailly+ suffixe ac (acum =domaine) noté –aque(s)

Nom de lieu : Bayac (Baiac en occitan), du bas latin bayacum, commune de Dordogne

Vallons, Fonts, sources

Vallon du Billadou

Il se poursuit dans le vallon de Maigre, c’est un oued dangereux !

Le Haut Lauron (Lo Lauron sobran)
étym. (cf. infra)
En 1846 le quartier des Laurons comptait 10 maisons et 40 habitants. Il s’appelait alors Les Lievrons.

Le Bas Lauron. (Lo Lauron sotran)

Fontaine du Lauron (Fònt dau Lauron)

Fònt dau Lauron : en provençal le mot fònt désigne la fontaine, l’eau jaillissante, l’eau vive, la source. Le mot lauron, dont la racine est prélatine, désigne un surgeon d’eau, une petite résurgence, une source à fleur de terre, ou jaillissant à la façon d’un puits artésien.

Dans les marais qui s’étendent de Beaucaire à Aigues-Mortes on trouve des sources qui portent le nom de Laurons. Il existe un quartier des Laurons dans les communes de Le Val et Les Arcs-sur-Argens (Var), à Martigues (Bouches-du-Rhône), un hameau, Les Laurons, à Caseneuve dans le Luberon (Vaucluse).

Lauron, Lauront, Loron sont des noms de familles provençales.

Poussarague (Possaraga ou Possaraca)

Possaraga ou Possaraca . Selon les dictionnaires, il s’agit tantôt de puits à roue et tantôt de puits à bascule ou chadoufs qui servent pour l’irrigation. Au Rouret on voit en effet les restes d’une ancienne noria.

Le nom se retrouve, par exemple, au quartier Poussarague à Sanary-sur-Mer (Var), au Chemin de la Poussaraque Ollioules (Var), sur le site archéologique de Poussaraque à Gignac-la-Nerthe au Sud de Marignane (Bouches-du-Rhône), à la Source de la Poussaraque, quartier de la Canebière à Marseille.

Vallon de Maigre (Valon de Maigre)

A rapprocher de Maïris, ravine à sec, on voit encore des récupérateurs d’eau sur les pentes du vallon qui se prolonge dans le vallon de Baillaques

Maigre : Sobriquet appliqué à une personne maigre, rencontré surtout dans les Hautes-Alpes et la Vienne

Vallon de Barnarac (valon de Barnarac)

Vallon dans le rocher (bar), cf. « Bar sur Loup » ou Barn+ acum = domaine de Barnar (anthroponyme ? Bernard ?) Lucien p.16

Chemin de San Peyre (Camin de Sant Pèire)

Marque la limite de commune du Rouret et de Châteauneuf, on voit encore La Peire dei Mòrts portant une croix au croisement du Chemin de Sant Jaume = Chemin de St Jacques.

Mardaric (Mardaric)

La racine de ce mot peut se rattacher à la racine prélatine -mar- ou marda- au sens de: torrent pierreux. On retrouve des toponymes fréquents avec ce sens.

Par exemples : Le Mardaric (une des trois rivières qui coule à Digne), le Ravin de Mardaric à Peyruis(Alpes-de-Haute-Provence), le Ravin du Mardaric à Bayons (Alpes-de-Haute-Provence) et le torrent dévastateur de Mardanel à Saint-Crépin (Hautes-Alpes)

Chemin de Gourgourette (Camin de Gorgoreta)

Petit chemin qui traverse le vallon qui fait suite au Mardaric et Barnarac. Résurgence de la Bauma Robèrt.

Autrefois plusieurs moulins. La Gourgue (Gorga) = bief (biau, bial), canal du moulin

Miejo Souro (Mieja Sòra)
(souòra) assòr : résurgence de sources.
servait de lavoir public

Fontaine Frayère (Fònt Groadissa ou Fònt Groador ou Fònt Groaire)

L’ étymologie : source froide parfois avancée est peu fiable. Etymologie fréquente et très souvent attestée : frayère pour les poissons, barbeaux ou durgans en occitan, écrevisses. La rivière se jette dans le Loup.

Font Figuière (Fònt Figuiera)

Fònt Figuiera : C’est la source du figuier ou des figuiers. Le mot figuiera, féminin en provençal, désigne le figuier.

Il existe un quartier Fontfiguière à Aix en Provence, dans le Var et les Bouches du Rhône près de Gardanne, Higuères dans les Pyrénées, La Figère (Ardèche).

Figuiera, orthographié parfois Fighiera (graphie italienne), est aussi un patronyme provençal et niçois.

Vallon et Fontaine de Curnier (Valon e fònt dau Curnier)

Curnier : mot provençal désignant le cornouiller (arbrisseau). Il désigne également une variété d’oliviers dont le fruit ressemble à la cornouille.

Ce toponyme existe dans la Drôme et c’est un patronyme du Dauphiné (TDF op cité).

La Miane ou Miagne ou Meigne ( Miana)

Probablement un hydronyme souvent attesté dans les Alpes et possible patronyme.

Mian, Miane : nom de familles provençales, contraction de Mariana, Marianeta (petite Marie).

Les Rainards (Lei Rainards)

Le provençal Rainard se traduit en français par Renard. Ce toponyme est, aussi et surtout, un patronyme d’origine germanique, abrégé de Rainhard et Raginhard. Il provient des racines "ragin et hard" qui signifiaient "conseil et fort". Ce fut un nom très prolixe dans le haut Moyen-Âge.

Il désigne ici le hameau qui fut habité à l’origine par une ou plusieurs familles portant ce nom. A signaler que dans l’Aude c’est le sobriquet des gens de Maisons. Reinard, Raynard, Reinal, Rainal, sont des noms de familles d’origine occitane.

Par exemple : Castèu-Rainard : Château-Renard (Bouches-du-Rhône)

1 Messatge

  • LE ROURET (BERGIER) 29 de mars dau 2011 16:15, da Carlòta

    Un trabalh de recercas, de presentacion escricha e òrala, ric, prechis, rigoròs, onest, mas sobretot emprenhat de modèstia per lu mieus amics J-P. Baquié, Gilbert Combe, Andrieu Saïssi...grands especialistes de toponimià.
    Merci totplen per lo rendut-còmpte dau Dissabta 12 de Març, en Bergier! Era una jornada fòrça agradioa. Osca per la seguida per d’autri còmunas! Carlòta

    repondre message

Respoandre à-n-aquel article

SPIP | esqueleta | | Plan dau sit | Seguir la vida dau sit RSS 2.0 | {#ENV{label}}